Le fantôme de l'opéra, le film de 1925

Les films sortis de 1921 à 1940.

Comment avez-vous trouvé ce film ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
0
Aucun vote
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
0
Aucun vote
Bon.
0
Aucun vote
Excellent.
0
Aucun vote
Génial !
1
100%
 
Nombre total de votes : 1

Le fantôme de l'opéra, le film de 1925

Messagepar Greenheart » Jeu 11 Juin 2015 13:36

ImageImageImage

The Phantom Of The Opera (1925)

Ce film comprend plusieurs versions : muet 78 minutes, avec son de 91 minutes de 1929 (version internationale, angle de caméra différents, prises différentes).
Toutes les scènes d'opéra et le bal masqué sont à l'origine en couleurs, mais seul le bal masqué a survécu en couleur, tandis que les scènes d'opéra sont simplement tintées.

Sorti en France le 22 novembre 1925.
Sorti aux USA le 15 novembre 1925.
Ressorti avec bande-son et couleur le 7 février 1930.
Sorti en blu-ray aux USA le 1er novembre 2011 (région A, pas de version française)
Sorti en blu-ray en Angleterre le 12 décembre 2011, édition Ultimate, chez PARK CIRCUS (région B, pas de version française)
Sorti en blu-ray en Angleterre le 2 décembre 2013, collection MASTERS OF THE CINEMA (région B, bonus différents, je ne suis pas certains que le master soit différent).

De Rupert Julian, Ernst Laemmle, Edward Sedgwick et Lon Chaney, sur un scénario de Walter Anthony, Elliott J. Clawson, Bernard McConville, Frank M. McCormack, Tom Reed, Raymond L. Schrock, Richard Wallace , Jasper Spearing, d'après le roman de Gaston Leroux. Avec Lon Chaney, Mary Philbin, Norman Kerry, Arthur Edmund Carewe, Gibson Gowland, John St. Polis, Snitz Edwards, Virginia Pearson.

Pour adultes et adolescents.

(Version longue 91 minutes)

Un homme explore avec une lanterne les souterrains de l'opéra de Paris. Entendant un bruit, il se cache derrière un pilier, et une ombre à chapeau et cape avance alors le long du mur. L'Opéra de Paris est le sanctuaire des amoureux de la musique. Il s'élève au-dessus d'un dédale d'oubliettes et de chambres de tortures médiévales oubliées depuis longtemps. Chaque soir de représentation se presse devant le bâtiment puis dans le grand escalier du Foyer, et dans la salle, une foule d'hommes en costumes de soirée ou en uniforme de prestige, et de femmes en robes longues et couvertes de bijoux. Ce soir-là, on joue Faust, et sur scène les ballerines alignées font leurs pointes et leurs entre-chats.

Mais pendant que les mélodies résonnent à travers le hall et les couloirs, dans les bureaux de la direction, un pacte étrange est scellé : en effet, devant notaire, les anciens propriétaires viennent de céder l'Opéra à de nouveaux propriétaires, et leur soulagement est alors aussi évident que curieusement intense. Puis, après avoir récupéré cannes et chapeau haut de forme, et salué les nouveaux propriétaires, l'un des deux anciens propriétaires mentionne qu'il est possible, mais à peine, qu'ils entendent parler d'un spectre, le Fantôme de l'Opéra. à ces mots, les nouveaux propriétaires éclatent de rire. Alors l'ancien propriétaire répond que la gardienne de la loge 5 ne rira pas quand on lui posera la question du Fantôme de l'Opéra. Mais les nouveaux propriétaires continuent de croire à une plaisanterie. Les deux hommes vont cependant trouver la gardienne, et lui pose la question : elle leur répond qu'elle n'a jamais vu qu'une silhouette encapuchonnée - un homme qui cache son visage et reste silencieux. Comme ils veulent entrer, la gardienne leur supplie de ne pas le faire. Ils entrent cependant et y trouve un spectateur assis face à la scène, mais n'osent le déranger. Puis se ravisant, ils entrent à nouveau dans la loge, mais la loge est désormais vide.

Sous la scène, un technicien range les cordages. Un chat le fait sursauter. Puis ce sont les haut cris des ballerines affolées, qui ont vu passer une ombre. Elles se précipitent auprès du technicien, lui parlant toutes en même temps, puis comme celui doit protéger ses oreilles de leurs hauts-cris, d'autres ballerines vont alerter d'autres gens à l'étage : le fantôme est remontée des caves - elles se contredisent : certaines le disent sans nez, d'autres avec un nez énorme. Puis, sous la scène, les danseuses et le technicien aperçoivent un autre homme, qui se demande pourquoi le petit groupe le dévisage ainsi, puis s'en va : ils se demandent si c'est le fantôme et décident d'aller trouver un certain Joseph Buquet, accessoiriste, qui lui a vu le fantôme. Une (fausse) tête coupée à la main, il décrit le fantôme comme un genre de lépreux et affirme que le fantôme n'a pas de nez. Il propose alors de leur montrer où exactement il a vu le fantôme sous la scène - un endroit encombré de morceaux de décors et de roues à tourner pour les hisser sur la scène. Puis le technicien aperçoit une ombre, et tout le monde s'enfuit en hurlant, sauf Buquet. Le technicien remonte alors par une trappe juste sous le nez d'un des directeurs.

Plus tard, La Carlotta, la cantatrice vedette de l'Opéra, débarque dans le bureau des directeurs : elle s'estime insultée parce qu'elle vient de recevoir une lettre signée du Fantôme, lui ordonnant de laisser Christine Daaé chanter le rôle vedette de Marguerite le vendredi suivant, et la menaçant d'un désastre pour sa carrière si jamais elle tentait par jalousie de gêner la performance de la jeune choriste. La Carlotta affirme qu'aucun fantôme ne sera jamais capable de l'effrayer, et ce soir-là, c'est bien elle qui chantera le rôle de Marguerite. Seulement, le vendredi suivant, la Carlotta est étrangement malade, et c'est bien Christine Daaé qui chante le le rôle de Marguerite.

ImageImage

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 7728
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Retourner vers Années 1920 et 1930

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron