Abattoir 5, le film de 1972

Infos et retours sur les films sortis ou à venir au cinéma.

Comment avez-vous trouvé ce film ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
0
Aucun vote
Bof...
1
100%
Correct.
0
Aucun vote
Bon.
0
Aucun vote
Excellent.
0
Aucun vote
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 1

Abattoir 5, le film de 1972

Messagepar Greenheart » Sam 10 Juin 2017 09:37

ImageImageImage

Slaughterhouse Five (1972)

Sorti aux USA le 15 mars 1972.
Sorti en France le 24 mai 1972.
Sorti en DVD français le 1er juin 2011.
Sorti en DVD français le 4 mars 2014.
Annoncé en blu-ray anglais le 26 juin 2017.

De George Roy Hill ; sur un scénario de Stephen Geller ; d'après le roman de 1969 Kurt Vonnegut Jr. ; avec Michael Sacks, Perry King, Ron Leibman, Eugene Roche, Kevin Conway, Holly Near, Valerie Perrine, Sharon Gans, Friedrich von Ledebur, Sorrell Booke, Roberts Blossom, John Dehner, Gary Waynesmith, Richard Schaal.

Une femme descend précipitamment d’une voiture avec chauffeur et frappe à la porte d’une grande maison en appelant son père, sans succès. Elle fait alors le tour de la maison, suivi d’un certain Stan qui peine à la suivre, en répétant qu’ils n’auraient pas dû laisser son père seul. Elle finit par trouver une porte ouverte et entre dans la maison. Pendant ce temps, dans l’atelier, un homme – Billy Pilgrim – tape à la machine une page qu’il intitule « Lettres au rédacteur en chef du quotidien Ilium ». Il écrit qu’il a peur de ne pas avoir complètement expliqué dans ses précédents courriers, ce qui lui est arrivé. Billy est blond aux cheveux très court, et porte de grosses lunettes. Il ajoute qu’il est « décoincé du temps » et que toute sa vie il a sauté d’une époque à l’autre sans aucun contrôle de sa destination.

Comme Billy relève la tête, il se retrouve bien plus jeune dans une forêt enneigée à voir passer un tank et une troupe de soldats nazis. Il prend alors la fuite à travers la poudreuse, se protégeant du froid avec une couverture. Il sort de la forêt et traverse l’étendue neigeuse, passant devant les conifères isolés, tandis que le vent se lève et que la visibilité décroit. Soudain, quelqu’un l’attrape par le pied et le fait tomber. Et en chutant, Billy est de nouveau âgé se retrouve derrière sa machine à écrire, dans son atelier, à ajouter que par exemple, ce matin, il vient de se retrouver sur la planète Tralfamadore. Il sourit alors au souvenir d’une jeune femme qui lui sourit en lisant le magazine Life alors qu’il se trouve encore plus vieux enfoncé dans un fauteuil sous un dôme dont les baies vitrées donnent sur un paysage lunaire.

Et comme Billy ajoute qu’il était en même temps coincé derrière les lignes de feu germaniques en pleine guerre mondiale, deux soldats américains de la seconde guerre mondiale lui demande ce qu’il fiche là, alors qu’il est tombé dans la neige, à nouveau jeune. Comme Billy bredouille qu’il ne sait pas ce qu’il fait là et qu’il est américain, les soldats ne veulent pas le croire. Et quand on lui demande où est son arme, il répond qu’il n’en a pas, il est assistant chapelain. Arrive un troisième soldat, caporal en chef, qui lui demande son nom, et sans attendre la réponse, lui ordonne de prier – ce que Billy fait.

ImageImageImageImageImageImage

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 6867
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Re: Abattoir 5, le film de 1972

Messagepar Greenheart » Sam 10 Juin 2017 09:47

La Science-fiction est utilisée comme prétexte pour raconter les souvenirs de guerre de Kurt Vonnegut.
Le film n'a raflé son prix à Cannes que parce que c'est un film de guerre et non un film de Science-fiction.
Il se passe avant et après l'ignoble bombardement de Dresde (qui visait à détruire la ville industrielle avant que les russes ne s'en emparent, mais certainement pas à gagner la seconde guerre mondiale) mais ne montre que les images d'archives vu de nuit et des bombardiers, et laisse un personnage justifier le bombardement selon la règle du œil pour œil, qui ne s'applique évidemment pas en la circonstance.

Le héros ne voyage pas dans le Temps, mais dans ses souvenirs - autrement dit, il a plus ou moins Alzheimer.
Les "sauts dans le temps" sont presque toujours des associations d'idées et non des sauts aléatoires comme prétendus (quelqu'un fait un discours à une époque, alors le héros se retrouve à une autre époque où quelqu'un fait un discours).

Je suppose que Vonnegut a ajouter le cadre SF et l'enlèvement extraterrestre juste pour s'assurer de pouvoir vendre son roman à son public SF au cas où le grand public / l'éditeur refuserait le roman sur la guerre.
La partie "extraterrestre" du film est copiée collée d'un épisode de Star Trek (la Ménagerie) et met en scène des extraterrestres voyeurs qui ne servent à rien à part fournir une conclusion pseudo sf.
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 6867
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56


Retourner vers Cinema

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron