Southland Tales, le film de 2006

Infos et retours sur les films sortis ou à venir au cinéma.

Comment avez-vous trouvé ce film ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
0
Aucun vote
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
0
Aucun vote
Bon.
0
Aucun vote
Excellent.
0
Aucun vote
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 0

Southland Tales, le film de 2006

Messagepar Greenheart » Jeu 9 Nov 2017 19:13

Image

Notez que ce film existe au moins en deux versions : intégrale présentée au Festival de Cannes 2006, abrégé et remontée sortie au cinéma en 2007.

Sorti aux USA le 14 novembre 2017.
Sorti en Angleterre le 7 décembre 2017.

De Richard Kelly (également scénariste) ; avec Dwayne Johnson, Sarah Michelle Gellar, Seann William Scott, Amy Poehler, Justin Timberlake, Kevin Smith, Christopher Lambert.

Southland Tales (2006)

Pour adultes et adolescents.

4 juillet 2005, 18 heures 53. Des adolescents filment en vidéo leur salon décoré à l’occasion de la fête de l’Indépendance américaine. Leur commentaire : ils ne maîtrisent pas encore la caméra. Ils filment ensuite la garden-party avec le château gonflable et tous les gens du quartiers réunis. Puis ils reviennent à l’intérieur. L’un d’eux s’amuse alors à donner des coups de poing dans les ballons de la salle de séjour, où, avec la tombée de la nuit, les lumières sont allumées. Deux flashs, puis une détonation suivie d’un grondement. Comme le jeune caméraman ressort précipitamment voir ce qui se passe, l’image de sa caméra se voile tandis que tout le monde s’est levé et parle en même temps. Et comme les premiers cris commencent à monter, un champignon atomique s’épanouit au loin au-dessus des arbres...

Après les attaques nucléaires du Texas, l’Amérique se retrouva près de basculer dans l’anarchie. Selon la télévision, des centaines de milliers d’individus avaient péris dans les attaques nucléaires à Abilene ; le Président des États-Unis avaient alors déclaré la loi martiale dans l’état du Texas, et l’évacuation des citoyens dans un rayon de 200 miles. L’évènement fut qualifié de la pire attaque perpétrée contre les États-Unis, de toute l’Histoire du pays. En août 2005, le mémorial d’Arlington West fut dressé à Santa Monica Pier ; la conscription par tirage au sort fut rétablie – c’était le début de la Troisième Guerre Mondiale : l’Iran, la Syrie, l’Afghanistan et la Corée du Nord furent massivement bombardées par les USA.

Avec l’accélération du conflit au Moyen-Orient, et le blocus du détroit d’Ormuz, l’accès au pétrole pour les américains fut significativement réduit. Les sources de carburants alternatifs devinrent une affaire lucrative.
Les américains étaient sidérés par la menace terroriste et par la volonté de prévenir une nouvelle attaque à tous prix : en mars 2007, le Patriot Act fut étendu. Des postes de contrôle militaires furent dressé aux frontières des états, et des visas de passage entre les états furent exigés de chaque citoyen.

Des cellules de rébellion libérale extrémistes commencèrent à émerger, la plus bruyante étant les Néo-Marxistes dont le slogan était « détruisez le Capitalisme, détrônez Dieu ». L’élection présidentielle de 2008 – Clinton- Liberman contre Eliot Frost – devait se jouer selon les votes d’un seul état, alors que les Républicains s’efforçaient de s’adjuger la Californie pour la première fois depuis 1988. Le 27 juin 2008, Boxer Santaros, un célèbre acteur lié au Parti Républicain, disparut sans laisser de traces ; trois jours plus tard, il était découvert dans le désert du Névada, sa mémoire effacée. Le gouvernement savait qu’il avait passé la frontière mexicaine pour revenir en Californie – mais les circonstances de son retour dans les terres du Sud de l’Amérique demeuraient un mystère.

Los Angeles. Boxer Santaros se réveille, perdu, sur une plage à l’aube. Pilot Abilene est un vétéran de la guerre d’Irak – et c’est lui qui va raconter l’histoire de Boxer Santaros, et ce qu’il advint de lui sur la route qu’il n’avait pas suivie... C’est ainsi que le monde s’achève – c’est ainsi que le monde s’achève – c’est ainsi que le monde – s’achève. Pas dans un soupir, mais dans un grand boum.

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 6582
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Re: Southland Tales, le film de 2006

Messagepar Greenheart » Ven 10 Nov 2017 00:04

Le film devait être une satire d'Hollywood recyclant des éléments de Donnie Darko (le tunnel interdimensionnel).
Les attentats de New-York du 11 septembre ont forcé la réécriture dans la direction apocalyptique, et le fait que le Festival de Cannes ait pressé ensuite le réalisateur en plein montage de présenter son film a forcé l'inachèvement du projet.

Je n'ai pas lu les bandes dessinées, mais à la vue du film (montagne final sans aucun bonus ni commentaire audio...) mon diagnostic en terme d'écriture est qu'il s'agit d'un simple collage d'idées qui n'ont pas été développées en intrigues et dialogues efficace. Les acteurs ont clairement voulu jouer dans le film à cause de Donnie Darko, et ont cru que forcément ils auraient du mal à comprendre ce que Richard Kelly voulait raconter, mais Richard Kelly a vraisemblablement eu du mal lui-même.

Je regrette cependant vraiment d'avoir raté la projection cannoise, parce que je suis à peu près certain qu'avoir toutes les pièces du puzzle aurait aidé à imaginer le Southland Tales d'une dimension alternative dans laquelle Kelly aurait su raconter l'histoire qui lui tenait à cœur. Et je regrette que dans la réalité il n'ait pas eu à sa disposition les outils ou le temps d'écriture nécessaire pour se faire, et maintenant nous attendons encore et encore un nouveau film de lui.
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 6582
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56


Retourner vers Cinema

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 1 invité

cron