Le Ministère du Temps S01E02: Le Temps de la Gloire (2015)

Infos et retours sur les séries et téléfilms diffusés ou à venir à la télévision.

Comment avez-vous trouvé cet épisode ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
0
Aucun vote
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
0
Aucun vote
Bon.
0
Aucun vote
Excellent.
1
100%
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 1

Le Ministère du Temps S01E02: Le Temps de la Gloire (2015)

Messagepar Greenheart » Mer 31 Mai 2017 05:08

ImageImageImage

El Ministerio Del Tempo S01E02: Tiempo de Gloria (2015)

Diffusé en Espagne le 2 mars 2015 sur RTVE ES.
Sorti en blu-ray espagnol le 29 avril 2015 (multi-régions, espagnol seulement).
Annoncé en France et à l'international sur NETFLIX FR.

De Javier Olivares et Pablo Olivares, avec Rodolfo Sancho, Aura Garrido, Nacho Fresneda.

Lisbonne, mai 1588. L’Invincible Armada se prépare à attaquer l’Angleterre qui dispute à l’Espagne ses territoires des Pays-Bas. À bord des galions, les marins briquent les ponts ; sur les quais, on charge les vivres et l’on enrôle les soldats. Traversant le quai non sans mal, Gil Perez va trouver sous les arcades un certain Rocamora chargé justement de l’enrôlement, pour lui demander si le papier que Perez a à la main est bien la liste définitive de ceux qui embarqueront à bord du Galion San Juan. Rocamora, qui n’entend pas grand-chose dans le brouhaha général, demande à Perez de l’excuser, puis se lève et crie de faire silence, pour faire répéter la question de Lopez. Puis Rocamara regarde le papier et confirme : c’est bien la liste des noms de l’équipage et des soldats embarqués à bord du San Juan. Puis il demande s’il y a un problème et Perez s’empresse de répondre que non… rien du tout, il s’en va archiver le document.

Piétinant dans la boue des rues agitées, Perez se hâte ensuite jusqu’à une porte basse, dont il a la clé, et jetant des coups d’œil dans son dos, déverrouille, entre et referme derrière lui. Dans la salle, il ouvre ensuite le gros cadenas d’un coffre en métal épais… dans lequel se trouve dissimulé un ordinateur portable, une clé USB et un scanner à main ! Perez pose ensuite l’ordinateur sur sa table et l’ouvre, l’allume, branche la clé USB, rédige un message d’alarme sur un post-it qu’il colle à la liste des membres d’équipage et soldats du San Juan – puis la scanne. Impatient, il transfert l’image scannée en répétant « allez, allez, allez… »

En 2012, de bon matin, un téléphone portable sonne dans un appartement à Madrid. Une jolie jeune femme, Maite, en train de se préparer pour partir au travail, souffle un juron, puis se retourne vers son compagnon – qui n’est autre que Julian Martinez, le futur agent du Ministère du Temps – pour lui dire qu’elle ne retrouve pas son portefeuille. Celui-ci lui jure à son tour, et répond que c’est toujours pareil avec elle. Le Julian Martinez de 2012 ramasse le téléphone portable qui continue de sonner et décroche, tousse, et demande qui est à l’appareil. Personne ne répond, et pour cause : à l’autre bout du fil, c’est le Julian Martinez de 2015, qui retient son souffle.

En 2012, Maite demande qui c’est, et le Julian Martinez de 2012 plaisante en lui répondant que c’est son amant à elle, et qu’il ne veut pas lui parler à lui. Maite sourit et vient prendre le téléphone, demandant à nouveau qui est à l’appareil. À l’autre bout du fil, le Julian Martinez de 2015 sourit, mais ne répond toujours rien. En 2012, Maite s’impatiente et traite son mystérieux interlocuteur de gros lourd, puis raccroche. En 2015, Julian Martinez repose son téléphone portable, radieux. Puis murmure : à bientôt, brunette !

En 2012, Julian demande à Maite qui c’était. Maite répond qu’elle n’en sait rien, leur mystérieux interlocuteur n’a pas pipé un mot – cela devait être un faux numéro. Julian répond que si cela avait été un faux numéro, l’autre aurait raccroché ou se serait excusé – il ne serait pas resté si longtemps au téléphone.

Maite répond que le mieux à faire est de ne plus y penser ; puis elle exige de Julian qu’il lui rende son portefeuille, car c’était bien son mari qui l’avait pris, et qui le tient à la main. Julian exige d’abord un baiser. Maite éclate de rire : il n’est qu’une merde, il va lui passer sa grippe. Maite attrape le portefeuille et s’en va, tandis que Julian proteste : un étranger l’appelle et elle lui refuse un baiser… ça sent mauvais, la brunette ! Pour toute réponse, Maite lui souffle un baiser depuis la porte d’entrée avant de refermer derrière elle.


ImageImageImageImage

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 7590
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Retourner vers Télévision

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron