Les maîtres du monde, le film de 1994

Les films des années 1981 à 2000.

Comment avez-vous trouvé ce film ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
0
Aucun vote
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
0
Aucun vote
Bon.
1
100%
Excellent.
0
Aucun vote
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 1

Les maîtres du monde, le film de 1994

Messagepar Greenheart » Dim 12 Juil 2015 18:31

ImageImageImage

Puppet Masters (1994)

Sorti aux USA et au Canada le 21 octobre 1994.
Sorti en France le 26 juillet 1995.
Sorti en blu-ray américain le 9 octobre 2012 (multi-régions, petit prix, version française incluse, anglais DTS HD 2.0).

De Stuart Orme, sur un scénario de Ted Elliott, Terry Rossio, David S. Goyer, d'après le roman de Robert A. Heinlein ; avec Donald Sutherland, Eric Thal, Julie Warner, Keith David, Will Patton, Richard Belzer, Tom Mason, Yaphet Kotto, Sam Anderson , J. Patrick McCormack, Marshall Bell, Nicholas Cascone, Bruce Jarchow, Benjamin Mouton.

A la campagne, un jeune à vélo vient retrouver deux camarades dans un pré, non loin d’une grange et de silos. Soudain un cercle de feu se forme dans le ciel et rapidement forme une colonne qui frappe un point dans la forêt. Les trois jeunes s’y précipitent à vélo. Puis c’est un fermier qui arrive, et les deux jeunes l’invitent à le suivre pour voir ce qui est tombé. Mais comme il laisse l’adulte passer devant, le troisième assomme l’homme d’un coup de batte de base-ball. Les deux autres ramassent l’homme inconscient pour l’emmener dans une direction précise, sans aucune hésitation ni discussion.

La base militaire la plus proche. Un hélicoptère atterrit et Sam, un agent de la sécurité interieure débarque. Il est présenté par Jarvis, un agent qui sert de chauffeur à une jeune femme, le docteur Mary Sefton. Puis, visiblement peu enthousiaste, il voit son père, Charles, arriver, qui remet aux deux jeunes gens des faux papiers d’identité : ils doivent se présenter comme une famillle de touristes, les Cavanaughs. Charles présente Mary comme de la NASA, et Sam s’étonne que l’agence emploie désormais des civils. Charles répond que Mary sera plus utile que son fils ne l’aura jamais été. Dans la voiture, Sam devant des explications ! qu’est-ce qui peut être si important que Charles doivent quitter son bureau pour aller sur le terrain. Charles répond que quelque chose d’inhabituel est entré dans l’atmosphère la nuit dernière, et le vieil homme lui tend une photo satellite. Le point flou serait un Objet Volant Non Identifié. Sam s’étonne, mais Charles précise qu’ils ont déjà envoyé deux agents, qui ne donnent plus signe de vie. La station de télévisée locale a confirmé la présence d’un OVNI, pour se rétracter une heure plus tard : il s’agirait seulement d’une farce de la jeunesse locale.

Ils passent alors devant un panneau faisant la publicité d’un OVNI à visiter. Et c’est exactement là qu’ils s’arrêtent. Ils payent auprès d’un fermier à la tête bandée ensanglantée. Mary lui sourit mais le fermier n’a aucune réaction. Ils reprennent le chemin à pied jusqu’à la soucoupe volante à l’évidence en tole ondulée devant laquelle les touristes posent. Les jeunes proposent pour un dollar de plus de visiter l’intérieur : les jeunes ont fait plus de 300 dollars de bénéfice. En payant, Mary ouvre son chemisier, mais le jeune n’a aucune réaction. En haut de l’échelle, Mary hésite. Charles lui dit alors de ne pas y aller car ce n’est peut être pas sûr. En s’éloignant, Mary déclare qu’elle n’a rien vu à l’intérieur car il faisait trop sombre. Charles déclare que les marques d’incendie sont vraies : quelque chose a atterri mais pas cette soucoupe volante. Enfin Mary remarque que, bien que cela ne soit pas très scientifique, lorsqu’elle ouvre son décolté, les hommes ont tendance à baisser les yeux – mais pas les jeunes qui gardaient l’entrée de la soucoupe.

Etape suivante : la station de télévision. Charles et Mary se présentent comme au directeur comme des envoyés de la FCC, qui viennent lui reprocher la fausse information sur l’OVNI. Le directeur répond que l’erreur est humaine. Mary demande alors à emprunter un stylo, offrant la vue plongeante sur le chemisier. Quand elle se rasseoit elle fait un signe à Charles, qui était en train de dire qu’il avait visité le site et qu’il ne comprenait pas comment une construction aussi toc… Alors le directeur sort un révolver de son tiroir et le braque sur Charles, mais Sam l’abat avec un silencieux. Comme ils s’approchent, alors qu’à l’évidence, le directeur est mort, Mary fait remarquer qu’il bouge encore… en fait, sa chemise. Charles donne un petit coup du bout de sa canne, et la chemise se déchire…

ImageImageImageImage

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8131
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Retourner vers Années 1980 et 1990

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron