Darkman, le film de Sam Raimi de 1990

Les films des années 1981 à 2000.

Comment avez-vous trouvé ce film ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
0
Aucun vote
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
0
Aucun vote
Bon.
1
50%
Excellent.
1
50%
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 2

Darkman, le film de Sam Raimi de 1990

Messagepar Greenheart » Sam 25 Juil 2015 16:56

ImageImageImageImage

Darkman (1990)
Traduction du titre original : l'homme des ténèbres.

Sorti aux USA le 24 août 1990.
Sorti en France le 14 novembre 1990.
Sorti en Angleterre le 16 novembre 1990.
Sorti en blu-ray américain UNIVERSAL le 15 juin 2010 (multi-régions, DTS HD MA 5.1, pas de piste ni sous-titres français, aucun bonus).
Sorti en blu-ray américain SHOUT FACTORY le 18 février 2014 (région A, image anti-bruitée, DTS HD MA 5.1 et original 2.0, pas de piste ni sous-titres français, bonus).

De Sam Raimi (également scénariste), sur un scénario de Chuck Pfarrer, Ivan Raimi, Daniel Goldin, Joshua Goldin ; d'après la nouvelle de Sam Raimi ; avec Liam Neeson, Frances McDormand, Colin Friels, Larry Drake, Ted Raimi, Dan Hicks, Dan Bell, Nicholas Worth, Rafael H. Robledo.

Pour adultes et adolescents.

Sur les quais, dans un entrepôt, des criminels à la solde de Eddie Black s’apprêtent à recevoir d’autres criminels. La bande de Black commencent par fouiller et désarmer la bande de Durant, puis ils escortent la délégation à l’intérieur d’un vaste entrepôt. Partout – sur les galeries, les caisses, il y a des tireurs postés. Eddie Black dit alors avoir trois choses à déclarer : 1°) il ne vend pas ; 2°) personne ne l’intimidera ; 3°) il va les mutiler. Alors l’un des hommes de Durant saisit la « jambe de bois » d’un de ses camarades, qui se révèle être une mitraillette. Cela tire alors dans toutes les directions, et Black se retrouve le seul debout, face à Durant et ses trois tueurs. Black est alors saisit, et Durant se propose de déclarer trois choses à son tour, ponctuant à chaque fois sa phrase d’un coup de guillotine à cigares sur l’un des doigts de Black : 1°) Il ne laisse pas la colère le priver du meilleur de lui-même ; 2°) Il n’y arrive pas toujours ; 3°) Il a sept points de plus à déclarer.

Dans un laboratoire, Peyton Westlake, un scientifique photographie les détails du visage de son assistant, Yakitino, et scanne les photos. Puis à l’aide d’un hologramme reconstitue en 3D le nez. Peyton pompe alors divers produits dans une imprimante 3D, et obtient un nez identique à celui de son assistant. Mais au bout de 99 minutes, la chair retourne à un état liquide. Et après toutes ses tentatives pour comprendre cette décomposition, Peyton ignore toujours pourquoi. Le scientifique est néanmois persuadé qu’ils vont résoudre le problème.

Le soir venu, Peyton et sa fiancée, Julie Hastings, se passe des photos d’eux dans leur jeunesse. Le lendemain matin, sa femme, qui travaille pour la justice, appelle Herb Gorson : elle tient un mémorandum de Strak industrie, à propos du marché Von Hoffenstein. Le document est de Strack pour un certain Claude Bellasarious, et dresse une liste de différentes personnes de la commission de zonages, qui ont reçu de l’argent. Pendant qu’elle est au téléphone, Peyton pose le café de Julie sur le mémo, ce qui laisse un rond de café imprimé sur la page. Julie veut d’abord parler à Strack pour lui laisser le bénéfice du doute. Elle raccroche, puis doit partir immédiatement car elle est déjà en retard. Peyton la rattrape dans la rue : il a réfléchi, il pense que Julie et lui devraient se marier. Julie n’est pas enthousiaste : elle commence à peine à démarrer son cabinet, et elle apprécie vraiment d’avoir son propre appartement. Peyton proteste : ils vivent quasiment ensemble. Pour Peyton, il n’y a pas d’engagement supplémentaire, si ce n’est que de décrocher le téléphone et si c’est sa grand-mère, elle n’aura pas à prétendre que c’est un faux numéro, et comme cela, sa grand-mère ne pensera plus avoir Alzheimer. Mais Julie monte dans son taxi. Peyton a beau insister, elle veut encore réfléchir.

Reçu par Louis Strack Junior, Julie vide son sac, et à sa grande surprise, Strack admet tout et lui demande de comprendre : sa cité est un rêve, et il ne faut pas y renoncer si il faut se salir les mains. Louis lui demande alors d’oublier sa malette sur place, et le mémo disparaîtra. Cependant, Julie n’a pas le mémo sur elle. Alors Louis lui parle de Robert Durant, et du fait que ce dangereux criminel fera n’importe quoi pour se procurer le mémo : Louis veut seulement protéger Julie.
Le soir au laboratoire, l’électricité dijoncte, et Peyton et son assistant découvrent que leur peau de synthèse ne se décompose pas dans l’obscurité. Comme le téléphone sonne, et que Peyton veut décrocher, ils se retrouvent face aux tueurs de Durant. Peyton et son assistant sont alors passés à tabac, puis Durant se présente : il veut le mémo, et si Peyton le lui donne, Durant et ses hommes s’en iront. Peyton prétend qu’il ne sait pas où se trouve le mémo. Peyton est à nouveau brutalisé, puis son assistant étouffé avec un sac plastique, et les criminels lui tirent une balle dans la tête. Pendant ce temps, l’un des hommes de Durant a trouvé le mémo. Peyton est alors plaqué contre les bornes électriques d’une cuve, et ses mains sont brûlées. Puis il est plongé dans la cuve la tête la première et il est défiguré. Enfin ils ouvrent le gaz et Durant met un jouet devant un briquet pour déclencher une explosion.

Alors que les voitures de Durant reparte, Julie descend du taxi, et repense à la proposition de Peyton. Au même moment, Peyton rampe en direction du dispositif de mise à feu, mais il arrive juste au moment où le jouet frappe le briquet. Sous les yeux de Julie, le bâtiment explose, et le corps de Peyton est éjecté à travers de la baie vitrée jusque dans l’eau du canal.

ImageImageImageImage

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8131
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Retourner vers Années 1980 et 1990

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron