Riverdale S01E06 : Pussycat (2017)

Les séries commencées de 2011 à 2020.

Comment avez-vous trouvé cet épisode ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
0
Aucun vote
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
0
Aucun vote
Bon.
0
Aucun vote
Excellent.
1
100%
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 1

Riverdale S01E06 : Pussycat (2017)

Messagepar Greenheart » Ven 3 Mar 2017 14:21

Image

Riverdale S01E06: Faster, Pussycats! Kill! Kill! (2017)
Traduction du titre original : Plus vite mon châton, tue ! tue ! (référence au film de Russ Meyer avec des tueuses en collant et à fortes poitrines).

Diffusé aux USA le 2 mars 2017 sur CW US.
Diffusé en France le 3 mars 2017 sur NETFLIX FR.

De Roberto Aguirre-Sacasa ; d'après la bande dessinée Archie ; K.J. Apa, Cole Sprouse, Camila Mendes, Lili Reinhart, Madelaine Petsch, Ashleigh Murray, Luke Perry, Ross Butler, Casey Cott, Marisol Nichols.

La peur. La plus basique, la plus humaine des émotions. Enfants, nous avions peur de tout : du noir... du croquemitaine sous le lit - et nous prions pour qu'arrive le matin, pour qu'il fasse fuir tous ces monstres. Mais ils ne s'en sont jamais allés, pas pour de vrai - demandez son avis à Jason Blossom...

Enfant, Betty suppliait sa grande soeur Polly de rester avec elle alors qu'elle avait peur de s'endormir dans le noir. Polly répondait que leur mère ne la laisserait pas faire, mais qu'elle laisserait allumée la veilleuse en forme d'angelot translucide branché sur la prise murale. Devenue grande, Betty a gardé l'angelot à la prise de sa chambre. Ce matin-là, elle annonce à sa mère venu ranger du linge, qu'elle a invité Jughead au petit-déjeuner. Cette dernière ne répond rien et Betty sourit.

A la table du petit-déjeuner, l'Ange ne fait pas que passer : c'est un silence de mort qui règne, seulement troublé par la mastication sans relâche d'un Jughead visiblement affamé, tandis que Betty et sa mère se regardent en chiens de faïence. Puis la mère de Betty - Alice Cooper - passe enfin à l'attaque, accusant Jughead d'être à l'origine de la récente obsession de Betty pour les détails scabreux du meurtre de Jason Blossom. Betty corrige aussitôt : c'est elle qui a demandé à Jughead de l'aider à écrire pour le journal du lycée, le Bleu et Or. Sa mère ricane et répond de se détendre : elle était seulement en train de faire la conversation...

Jughead quant à lui est trop occupé à siffler le jus d'orange pour répondre quoi que ce soit. Puis comme Betty le regarde, il pose son verre vide et demande s'ils ont une salle de bain qu'il pourrait utiliser. Betty veut lui montrer le chemin, la mère de Betty insiste pour le faire, elle. Aussitôt Alice Cooper sortit de la pièce, Betty attrape son smartphone et va fouiller le sac à main de sa mère : elle y trouve immédiatement le petit carnet dans lequel Alice Cooper note ses dépenses du mois, photographie avec son smartphone les dernières pages.

Pendant ce temps, Archie fouille le coffre où sont entassés essentiellement les jouets de son enfance. Il tombe sur un masque de loup-garou plutôt impressionnant avant de retrouver son unique cravate. Or, selon Jughead, un autre petit détail amusant concernant la Peur, c'est qu'elle grandit avec vous. Ou plutôt elle s'enroule à l'intérieur de vous, et étrangle vos viscères - et avant même que Archie le réalise, le voilà à passer l'audition du spectacle de variété de son lycée - audition présidée par nul autre qu'un Kevin à peine aimable, devant une salle presque vide - mais devant tous les amies d'Archie et surtout devant les footballeurs les plus agités de l'équipe d'Archie, menés par bien évidemment par Reggie... Et Archie se retrouve avec une trouille noire, une trouille qui lui fait trembler ses doigts et lâcher le manche de sa guitare.

ImageImageImageImageImageImage

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 7809
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Re: Riverdale S01E06 : Pussycat (2017)

Messagepar Greenheart » Ven 3 Mar 2017 14:44

En fait, Riverdale est beaucoup plus subtil et juste que les Teen Drama actuel : non Archie n'est pas un auteur-compositeur extraordinaire, et oui, ce qu'il vit, beaucoup l'on déjà vécu avant lui, mais c'est exactement cela qui arrive et que l'on ressent quand on tente de faire ce qu'il tente de faire - et dans les autres séries, c'est souvent trop dramatisé et trop mécanique pour sonner honnêtement. C'est cependant bizarre parce que dans le même temps, l'image est si travaillée, l'ambiance si atmosphérique. Autre point plus réaliste et subtil que prévu, le professeur de composition et le père de Josie croisés dans cet épisode et le précédent -

Spoiler : :
la tête du père de Josie quand il réalise qu'il a annulé un concert de Jazz pour voir sa fille faire une reprise pop à peine remixée en se dandinant en maillot de bain échancré avec des oreilles et une queue de chat... Certes, c'est la défiance qu'il a envers sa fille qui ruine la confiance de cette dernière et la pousse à la facilité, mais je comprends son snobisme et aussi pourquoi il est dégoûté en apprenant que Josie a viré de son groupe une véritable auteure compositrice qu'il admirait.


En temps que polar, Riverdale continue d'avoir le don de, en toute discrétion, tourner encore plus horriblement qu'on se l'imaginait en cours d'épisode. Riverdale rend très bien à quel point les adultes dépasseront toujours les adolescents en machiavélisme et mesquinerie, quand bien même les adolescents tenteraient de se rebeller ou d'en faire baver à eux ou aux autres. Et c'est aussi bien de voir que les héros adolescents peuvent réaliser qu'ils font payer à leurs camarades les crasses que d'autres leur font - et parviennent à s'en excuser. Mais personnellement, je n'ai jamais vu ça à l'école, au collège ou au lycée ou même à l'université dans la vraie vie.

Et le fantastique continue à rôder à travers les visions des uns et des autres, mais toujours aucun signe que le surnaturel débarque pour de vrai - mais aucun signe non plus que la porte est fermée et verrouillée : Riverdale adopte de ce point de vue la méthode Véronica Mars... (spoilers concernant Véronica Mars).

Spoiler : :
Véronica voit le fantôme de sa meilleure amie à plusieurs reprises tenter de lui indiquer les clés du meurtre - et au début de la seconde saison, sauve Véronica d'une mort assurée en lui faisant rater le départ de son bus, mais cela ne va pas plus loin, même s'il y a de grands moments d'épouvante dans Véronica, mon préféré étant quand Véronica réalise qu'elle a menti à son père sur sa localisation au moment même où elle vient de découvrir qu'elle est en réalité sur les traces d'un tueur.
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 7809
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56


Retourner vers Les séries des années 2010

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron