Perdu dans l'Espace S01E01: Le passager clandestin (1965)

Les séries commencées entre 1961 et 1970.

Comment avez-vous trouvé cet épisode ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
0
Aucun vote
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
1
100%
Bon.
0
Aucun vote
Excellent.
0
Aucun vote
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 1

Perdu dans l'Espace S01E01: Le passager clandestin (1965)

Messagepar Greenheart » Jeu 19 Nov 2015 12:06

ImageImage

Lost In Space S01E01: The Reluctant Stowaway (1965)
Traduction du titre original : Le naufragé réticent.

Diffusé aux USA le 15 septembre 1965 sur CBS US.
Sorti en blu-ray américain le 15 septembre 2015 (multi-régions, sous-titré français).

De Irwin Allen, d'après la bande dessinée The Space Family Robinson (1962) elle-même d'après le roman Le Robinson Suisse (1812) de Johann David Wyss ; avec Guy Williams, June Lockhart, Marta Kristen, Bill Mumy, Angela Cartwright, Mark Goddard, Jonathan Harris.

Pour tout public.

16 octobre 1997. Le premier jour de la colonisation par l’humanité de l’Espace intersidéral. Alpha Control, le compte à rebours est bloqué à une heure et quinze minutes avant le lancement . Alpha Control est un vaste poste de commandement avec deux écrans géants aux murs tapissés d’armoires électroniques et d’ordinateurs à bandes magnétiques, où s’agitent techniciens, scientifiques et caméramen sous la surveillance de la Police Militaire. Le lancement de la mission a été retardé à la suite de difficultés liées aux valves d’approvisionnement en oxygène du vaisseau spatial.

La famille Robinson se prépare à passer son dernier test physique avant l’embarquement : c’est la première des quinze millions de familles de colons prévues par le programme de lutte contre la surpopulation de la planète Terre. Des sondes automatisées parties explorer l’Espace Profond ont en effet conclu qu’une planète en orbite de l’étoile Alpha Centauri est l’unique planète à portée de la technologie terrienne à offrir des conditions idéales pour la survie de l’espèce humaine. Les Robinson ont été sélectionnés parmi plus de deux millions de volontaires à cause de leur unique combinaison de compétence scientifique, stabilité émotionnelle et grande débrouillardise. Ils passeront les cinq années et demi de leur voyage gelés dans un état d’animation suspendue, qui s’achèvera automatiquement quand le vaisseau entrera dans l’atmosphère de la planète.

Le vaisseau Jupiter II est l’aboutissement de presque quarante années de recherches intensives – l’engin le plus sophistiqué jamais conçu à ce jour par l’esprit humain. Il fait deux étages de haut : le niveau supérieur contient les systèmes de pilotage les plus sophistiqués. Un ascenseur électrique le relie au niveau inférieur, qui contient le réacteur atomique fournissant l’énergie pour propulser le vaisseau jusqu’à de nouveaux mondes, ainsi que les quartiers de l’équipage, le mess et un membre d’équipage supplémentaire : un robot qui servira à analyser l’environnement physique de la planète d’arrivée. Le Jupiter II est très surveillé car d’autres nations cherchent à gagner de vitesse les USA dans la course à la colonisation de l’Espace Profond et sont prêtes à commettre n’importe quel sabotage.

Et justement, alors que le compte à rebours est toujours suspendu, un panneau s’ouvre sur le côté d’un pupitre et un homme en uniforme de colonel - Zachary Smith - couché sur un fauteuil horizontal en sort. Smith jette un coup d’œil autour de lui et se relève. En voyant le robot, il sourit. Il va auprès du robot, retire une bande magnétique d’une trappe située dans le ventre du robot, la remplace par une bande identique qu’il avait en poche. Puis Smith prend un circuit électronique du pupitre de contrôle du robot, le fixe sur le côté du robot, et revient au pupitre activer le robot. Alors le robot répète à haute voix ses ordres : huit heures après l’heure du repas, il détruira les systèmes de pilotage du vaisseau, le système de communication, de maintien de la pression de l’habitacle. Satisfait, Smith fait rentrer le fauteuil horizontal dans le pupitre, mais juste après, il est surpris par un soldat qui lui braque sa lampe-torche dans les yeux.

Smith ordonne au soldat d’éteindre sa torche. Le soldat obéit et présente ses excuses à Smith, mais rappelle qu’aucun personnel n’est autorisé là à cette heure et que, quelque soit le grade de Smith, le soldat doit le mettre aux arrêts. Smith prétend alors qu’il était venu vérifier les valves d’Helium à cause d’un mauvais pressentiment. Le soldat maintient qu’il doit arrêter Smith. Celui-ci prétend obéir, mais passant dans le dos du soldat, l’assomme d’un coup à la nuque. Smith songe alors à balancer le corps dans la trappe du réacteur mais renonce, et le traîne alors jusqu’à la trappe du toboggan d’évacuation des déchets, et le jette la tête la première dedans. Puis il sort un émetteur radio miniature et fait son rapport à Aeolus 14 Umbra : il a réussi à reprogrammer le robot qui détruira le Jupiter II. Alors qu’il range sa radio, Alpha Control annonce qu’il n’y a plus de difficultés techniques et que le compte à rebours a repris.

John Robinson, sa femme Maureen et ses trois enfants Judy, Penny et Will ont achevés leur examen médical final, et celui qui supervise ces tests n’est autre que le colonel docteur Zachary Smith - le saboteur. Celui-ci les félicite et leur souhaite un bon voyage, alors que Alpha Control les appelle pour embarquer à bord du Jupiter II. Alors qu’un gradé leur demande s’ils sont prêt, Maureen avoue qu’elle est incapable de répondre par quelque chose de léger et intelligent, alors son mari John répond simplement qu’ils sont prêt. A bord du Jupiter II, ils sont accueillis par le pilote Major Ronald West, qui embarque avec eux au cas où le système de navigation automatique tomberait en panne. Smith, qui les a suivi à bord, descend à l’étage inférieur où s’affairent encore des techniciens en prétendant jeter un dernier coup d’œil au cas où : les techniciens ont désactivé le robot.

A la télévision, le président des États-Unis fait un discours : la surpopulation peut entraîner la perte de l’Humanité comme l’avènement d’une nouvelle ère, selon que la mission des Robinson échoue ou réussisse. Pendant ce temps,Smith a attendu que les techniciens partent pour réactiver le robot. A l’étage, John salue ses enfants et sa femme avant que lui et le pilote Donald entrent dans les tube d’animation suspendu. Les tubes sont alors activés et l’équipage entre en hibernation. Tous les sas sont alors verrouillés – alors même que Smith achevait de replacer le circuit d’activation du robot.Smith se précipite pour sortir, mais c’est trop tard. Il monte à l’étage supérieur, constate que l’équipage est dans les tubes. Comme le compte à rebours annonce le lancement dans vingt secondes, il redescend et s’attache au fauteuil horizontal – et c’est le décollage.

ImageImageImageImageImageImageImageImage

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8034
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Retourner vers Les séries des années 1960

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron