La 4ème dimension S01E28: Enfer ou Paradis (1960)

Les séries commencées entre 1961 et 1970.

Comment avez-vous trouvé cet épisode ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
0
Aucun vote
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
1
100%
Bon.
0
Aucun vote
Excellent.
0
Aucun vote
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 1

La 4ème dimension S01E28: Enfer ou Paradis (1960)

Messagepar Greenheart » Dim 19 Fév 2017 16:00

Image Image

The Twilight Zone S01E28: A Nice Place To Visit (1960)
Traduction du titre original : Un bel endroit à visiter.

Diffusé aux USA le 15 avril 1960 sur CBS US.
Sortie en blu-ray américain de la saison 1 le 14 septembre 2010 (région A seulement).
Sorti en blu-ray français de la saison 1 le 25 octobre 2011 (région B seulement, plus compressé que l'américain, bonus manquants).

De Rod Sterling (également scénariste) ; réalisé par Ron Winston ; avec Ivan Dixon, Steven Perry, Kim Hamilton.

Pour adultes et adolescents.

La nuit, derrière la vitrine de la Southline Loan Company (la compagnie de prêt de la ligne du Sud), un prêteur sur gages. Devant le gardien assommé, un cambrioleur achève de vider le contenu d’un tiroir dans un sac à papier. C’est le portrait d’un homme au travail – le seul travail qu’il ait jamais fait. Le seul travail qu’il sache faire. Son nom est Henry Francis Valentine, mais il se surnomme lui-même Rocky – parce que c’est ainsi que sa vie a été, rocailleuse et périlleuse, et abrupte, dans une course folle tout le chemin durant. Il est fatigué maintenant, fatigué de courir ou de désirer, ou d’attendre la chance qui sourit à d’autres mais jamais à lui. Jamais à Rocky Valentine.

Rocky ôte un gant pour mieux juger de la valeur d’une bague quand une sirène de police se met à hurler, en approche. Il remet son gant, ramasse son sac en papier et saute par-dessus le comptoir. Il sort dans la rue, et se retrouve face à la voiture de police qui arrive. Rocky jette son sac en papier, répandant les bijoux sur le trottoir, et tente de filer par la ruelle la plus proche. Les policiers lui tient dessus et bloquent l’entrée de la ruelle. Rocky court jusqu’au fond – la ruelle est barrée par une haute palissade, qu’il tente d’escalader. Le projecteur de la police l’illumine et un policier lui crie de s’arrêter. Rocky refuse et tire deux fois de son propre pistolet en direction de la police, puis reprend son escalade tandis que les tirs de la police redouble. Arrivé au sommet, Rocky est frappé trois fois des balles de la police dans le dos et chute lourdement au bas de la palissade.

Un petit homme effrayé en colère, qui pense que tout est terminé désormais – mais il se trompe. Car pour Rocky Valentine, c’est juste le commencement… Le temps semble suspendu, et un homme aux chaussures blanches marche jusqu’à lui, puis l’appelle tranquillement « Monsieur Valentine » deux fois. Rocky, d’abord parfaitement immobile, tressaille, bat des paupières, puis demande à qui il a affaire. L’homme est barbu, en costume cravate immaculé et déclare s’appeler Pip – et propose d’aider Rocky à se relever.

Méfiant, Rocky demande d’abord comment Pip peut connaître son nom. Pip répond que c’est son travail de tout savoir de Rocky (il travaille pour Facebook). Rocky demande si Pip est un flic, et Pip en rit doucement – absolument pas, il est le guide de Rocky, qui ricane à son tour – car selon Rocky, il a autant besoin d’un guide qu’un trou dans la tête. Rocky essaie enfin de se relever et Pip l’aide, et Rocky, cherchant à s’échapper, s’adosse dans un coin, pris de vertige, demandant ce qui s’est passé. Pip répond que Rocky a eu un petit accident, mais qu’il ne s’inquiète pas – il sera aussi en forme qu’un violon tout neuf sous peu. Pip remarque alors que Rocky a sûrement envie de changer ses vêtements tout froissés. Rocky rejette le bras de Pip, persistant à vouloir savoir pourquoi Pip sait son nom, puis entendant éclaircir son point de vue, il traite Pip de gros lard et déclare ne pas aimer les petits jeux.

Pip éclate de rire et sort son calepin car selon lui, Rocky aimerait la roulette, le blackjack, le poker et le craps – et entre l’âge de 7 et 8 ans, Rocky adorait le piquet-marmon (un jeu dangereux avec un couteau). Pour toute réponse, Rocky prend le calepin et lit. Puis il se retourne et demande à Pip ce qu’il veut. Pip répond qu’il veut seulement que Rocky soit à l’aise : Pip lui procurera tout ce qu’il veut, quoi que cela puisse être. Rocky demande en échange de quoi. Pip répond : de rien du tout – c’est absolument gratuit.

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8109
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Retourner vers Les séries des années 1960

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron