La Cité sous la mer S01E01: Les pirates 1962

Les séries commencées entre 1961 et 1970.

Comment avez-vous trouvé cet épisode ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
0
Aucun vote
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
0
Aucun vote
Bon.
1
100%
Excellent.
0
Aucun vote
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 1

La Cité sous la mer S01E01: Les pirates 1962

Messagepar Greenheart » Sam 22 Juil 2017 21:22

ImageImage

City Beneath the Sea S01E01: The Pirates (1962)

Ne pas confondre avec le film de 1953 de Budd Boetticher avec Robert Ryan et Anthony Quinn.
Ne pas confondre avec le téléfilm de 1971 d'Irwin Allen.

Diffusé en Angleterre le 17 novembre 1962 sur BBC UK.

De John Lucarotti ; avec Gerald Flood, Stewart Guidotti, Denis Goacher, Caroline Blakiston.

***

Pour tout public.

Un sous-marin immatriculé U771 émerge des portes d’une cité sous-marine, puis remonte à la surface. Le capitaine Kurt Swendler monte alors sur le pont, scrute l’horizon avec ses jumelles – et déclare que c’est l’endroit qu’il cherchait. Il ordonne alors à son second de mettre à l’eau le canot et de ne pas être en retard à leur rendez-vous dans deux jours, car il compte bien ramener avec lui un certain professeur Westfield.

Swendler se débarrasse alors de sa veste, sous laquelle il cachait un costume cravate, et échange sa casquette contre un melon. Assez fier de lui, Swendler déclare que sa nouvelle tenue est plus appropriée aux rues de Londres, et demande à son second de quoi il a l’air. Son second lui répond : très conventionnel. Swendler corrige : non pas conventionnel, mais apte, étant donné qu’ils agissent en dehors de toute convention (internationale). L’accent germanique de Swendler détonne cependant notablement, mais cela, aucun de ses membres d’équipage ne le lui fait remarquer ; et c’est en surnommant « old boy » son second que Swendler enjambe le bastingage pour descendre dans le canot. Comme son second souhaite bonne chance au Capitaine Swendler, ce dernier le corrige une seconde fois : il faut désormais l’appeler Doug Spencer, de l’Association Internationale des Ingénieurs en Communication.

Londres, où effectivement se tient dans un immeuble de béton très Orwellien le congrès de l’Association Internationale des Ingénieurs en Communication. Dans un salon, une foule élégante se presse – et c’est nul autre que le journaliste scientifique Mark Bannerman, qui rejoint son jeune assistant photographe Peter Blake en grande discussion avec le professeur Westfield. Ce dernier interpelle aussitôt Bannerman : cela fait trois jours qu’ils discutent des ondes de radio-communication et Peter ne veut encore parler que de cela. Bannerman s’en amuse : si son assistant décidait du sommaire de son magazine, celui-ci ne contiendrait rien d’autre que des articles sur la radio-communication !

Wesfield demande alors comment Bannerman supporte Peter : le renvoie-t-il à Harvard ? Bannerman avoue qu’il a une technique bien plus efficace – il n’emploie Peter qu’à temps partiel. Peter se réjouit de la nouvelle : s’il est employé à temps partiel, c’est qu’il sera bientôt payé ! Bannerman réplique que Peter est payé puisque Bannerman l’emmène avec lui dans ses expéditions, comme cette sortie au Congrès de Londres. Peter soupire : au moins, il ne perd pas son temps à l’école avec ses camarades. Déclaration qui fait tiquer le professeur Westfield : l’éducation devrait toujours primer sur les autres activités. Peter répond alors que dans ce cas, pour le bien de son éducation, il voudrait en savoir davantage sur le récepteur sous-marin que le professeur Westfield a inventé.

Westfield commence par expliquer que le problème de la réception sous-marine des ondes radios est que l’eau absorbe ces ondes très rapidement. Puis il invite Peter et Bannerman à le suivre jusqu’à un grand aquarium – et frappe trois petits coups secs contre le verre : les poissons ont bougé car ils ont entendu le bruit des coups – donc l’eau transporte les ondes sonores sans les absorber aussi vite que les ondes radio ; Westfield a donc conçu son transmetteur pour qu’il convertisse les ondes radios en ondes sonores. Comme Bannerman complimente Westfield pour l’avancée technologique qu’il vient d’accomplir, Westfield répond qu’en fait ce n’est pas une avancée si nouvelle… Mais il est interrompu par Doug Spencer aka le capitaine Swendler, qui le félicite bruyamment et se présente, saluant en claquant ses talons ( !). Bannerman et Peter se présentent en retour, tandis que Westfield semble gêné.

Bannerman demande ensuite la portée du transmetteur sous-marin de Westfield, qui répond que cela varie en fonction de la température et de la pression de l’eau, mais pour l’heure, c’est fiable jusqu’à 150 miles. « Doug Spencer » répond qu’avec du temps, Westfield arrivera certainement mieux faire et Westfield confirme qu’il espère très bientôt mieux faire. Puis Wesflied, avec un sourire crispé, s’excuse pour aller rejoindre un professeur de ses amis. « Doug Spencer » salue alors à nouveau Bannerman et Peter en claquant des talons et emboite le pas au professeur Westfield. Méfiant, Peter demande aussitôt à Bannerman qui est ce « Spencer ». Bannerman répond que le visage de « Spencer » lui est familier, mais il n’arrive pas à lui associer le nom de « Spencer ». Cependant, Bannerman estime qu’il est temps pour eux de rentrer et ils vont pour quitter la réception.

Voyant cela, Westfield se précipite à la suite de Bannerman dans le couloir : Bannerman doit absolument faire quelque chose pour lui… Mais Westfield est aussitôt suivi par « Spencer » qui passe à son tour dans le couloir, et coupe la parole à Westfield, s’étonnant que ces gentlemen partent si tôt. Alors Bannerman redemande à Westfield ce qu’il voulait que Bannerman fasse. Troublé, Westfield répond qu’il voulait seulement que Bannerman dise à ses lecteurs qu’ils étaient sur le point de plonger sous la surface des communications sous-marines, et « Spencer » complimente : la formule est particulièrement bien tournée. Cependant, Bannerman est plutôt étonné : c’est tout ? Westfield confirme. Alors Bannerman lui dit au revoir et s’en va. Plus bas, « Spencer » avertit : que Westfield ne retente rien de tel… et d’enfoncer le canon d’un révolver dans le dos du professeur.

ImageImageImageImageImageImageImageImage

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8109
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Retourner vers Les séries des années 1960

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron