Zoe, le film de 2018

Infos et retours sur les films sortis ou à venir au cinéma.

Comment avez-vous trouvé ce film ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
0
Aucun vote
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
0
Aucun vote
Bon.
0
Aucun vote
Excellent.
0
Aucun vote
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 0

Zoe, le film de 2018

Messagepar Greenheart » Sam 23 Juin 2018 09:53

ImageImage

Zoe (2018)

Annoncé en France et à l'international pour le 20 juillet 2018 sur AMAZON PRIME FR.

De Drake Doremus, sur un scénario de Richard Greenberg ; avec Léa Seydoux, Ewan McGregor, Rashida Jones, Theo James, Matthew Gray Gubler, Miranda Otto, Christina Aguilera, Helen Johns.

Pour adultes et adolescents.

(presse) Deux collègues d'un laboratoire de recherche révolutionnaire pour améliorer et perfectionner les relations amoureuses. Au fur et à mesure que leur travail progresse, leurs découvertes deviennent plus profondes.

(bande-annonce) Un constructeur de sexbots teste sa marchandise et en tombe amoureux tout en affirmant qu'il ne pourra jamais aimer le programme chargé de simuler l'amour et la compréhension prétendue sans égal humain - alors que l'absence total d'amour-propre se retrouve pourtant assez fréquemment parmi le genre humain.

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 7294
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Re: Zoe, le film de 2018

Messagepar Greenheart » Jeu 26 Juil 2018 12:25

Je n'ai encore que zappé sur le film, actuellement sur Netflix FR, mais je suis déjà très choqué par ce que la production prétend être de l'amour "véritable" ressenti par les poupées sexuelles du film.
Si se conduire comme une serpillère c'est ressentir de l'Amour véritable, alors toutes les serpillères sont des incarnations de l'Amour véritable : on dirait que les gens amoureux selon le film sont surtout des gens soumis au-delà du tolérable.

Par ailleurs, comment peut-on confondre l'expression de l'amour par une personne dotée de son libre-arbitre avec l'expression prétendue de l'amour par des automates qui n'ont apparemment aucun libre-arbitre.
Or pour aimer (ou faire l'amour), il faut avoir le choix, sinon c'est seulement un viol.

Cela me rappelle le film IA de Spielberg, qui prétendait qu'un enfant robot blondinet programmé pour répéter "je t'aime maman" était l'incarnation parfaite de l'amour filial envers sa mère, comme si aimer pour de vrai ses parents, c'était surtout se conduire comme un petit robot bien programmé pour filer droit et apitoyer son monde.
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 7294
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56


Retourner vers Cinema

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron