Transferts, la série télévisée de 2017

Infos et retours sur les séries et téléfilms diffusés ou à venir à la télévision.

Comment avez-vous trouvé cette série télévisée ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
0
Aucun vote
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
0
Aucun vote
Bon.
0
Aucun vote
Excellent.
0
Aucun vote
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 0

Transferts, la série télévisée de 2017

Messagepar Greenheart » Ven 16 Nov 2018 10:44

ImageImageImage

Transferts (2017)

Une saison de 6 épisodes (55 minutes ?).

Diffusé en France le 16 et le 23 novembre 2017 sur Arte FR.
Diffusé en France à partir du 13 novembre 2018 sur NETFLIX FR.

De Claude Scasso et Patrick Benedek (également producteur) ; avec Arieh Worthalter, Brune Renault, Toinette Laquière, Steve Tientcheu, Pili Groyne, Patrick Descamps, Patrick Raynal, Xavier Lafitte, Juliette Plumecocq-Mech, Aïssatou Diop, Balthazar Monfé, Zélie Rixhon, Sébastien Chassagne, Thierry Frémont, Alexis Loret, Marie Kremer, Edith Scob, Jean-Marie Winling, Bastien Bouillon.

Pour adultes et adolescents

(presse) Dans un futur proche, Florian, ébéniste et père de famille à la vie paisible, se réveille après cinq ans de coma dans le corps de Sylvain, capitaine de police à la BATI, la brigade qui traque les personnes « transférées » (dont l'esprit a été transféré d'un corps à un autre, la science ayant entre-temps rendu cela possible). Légalisés à des fins thérapeutiques, les « transferts » sont devenus interdits suite à des rejets appelés « contre-transferts ».

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 7638
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Re: Transferts, la série télévisée de 2017

Messagepar Greenheart » Ven 16 Nov 2018 11:13

Vu sur Netflix FR.

Pour l'instant la meilleure série de SF française récente sur Arte, parce qu'il y a de bonnes idées et un effort au niveau des intrigues et de la construction de l'univers.
Maintenant il y a des gros bémols.

Le gros bémol c'est évidemment le jeu des acteurs : quelque soit la série SF (ou autre) française (ou dans ce cas belge) - Missions, Trépalium et le tout récent Ad Vitam, ce sont toujours les mêmes voix monotones, presque atones, le manque d'expression du visage et surtout les teints uniformes - dans les scènes les plus intenses impliquant le sexe, assister à la noyade de son mari en direct, tous les actes de violences ou scènes de "joie", ou être attaché en sous-vêtements sur le point d'être vendu comme de la viande, je n'ai remarqué aucun changement notable de couleur de peau ni du visage ni du corps. Dans les scènes de sexe c'est flagrant : il y a forcément des rougeurs qui devraient apparaître sur le corps, des empourprements et ainsi de suite dû à la fièvre, au déchaînement hormonal, aux érections (et pas seulement à celle à laquelle tout le monde pense : c'est un phénomène général). Non, ce sont toujours les mêmes acteurs de bois, probablement trop maquillés, et dont le manque d'investissement émotionnel ou de compétence ou d'imagination donnent l'impression qu'ils jouent sous prozac et rend impossible l'identification aux héros, et de là l'immersion dans l'univers et l'action. Plus la colorimétrie altérée va forcément neutraliser le peu d'émotion qui animait encore les carnations.

Transferts 2017 par de la même idée de la "greffe de corps" que Altered Carbon diffusé sur Netflix FR (début 2018, annoncé depuis un an, et adapté d'un roman primé) ; rappelle aussi l'Invasion des profanateurs de sépultures mais je doute qu'il s'agisse de la référence, tandis que les points de ressemblance avec Altered Carbon (le roman, la série) sont nombreux. Transferts s'en tire cependant un peu mieux qu'Altered Carbon la série du point de vue de l'écriture (mais évidemment pas du point de vue du budget, de l'action etc.).

La production met en scène l'évolution de la société, l'exploitation criminelle et commerciale et les conséquences psychologiques internes et externes, avec une certaine lucidité. Le scénario achoppe sur des jeux de c.ns dont par exemple le fait que le piratage de corps est un phénomène extrêmement connu de la population mais les parents n'arrêtent pas de laisser traîner leurs enfants sans surveillance alors qu'ils peuvent être piratés au coin de la rue - ou que les transférés psychopathes homicides sont censés être partout ; personne n'est capable de mettre au point un test chimique ou neurologique alors que les cicatrices laissées par le transfert sont visibles et qu'une molécule qui doit forcément laissé des traces autres que le transfert de conscience. Enfin, il parait impensable qu'une petite fille censée aller à l'école puisse des semaines durant rater l'école, avoir ses deux parents ne plus laisser aucun signe de vie, alors que tout le monde est censé être surveillé constamment notamment par leurs bracelets. Il est aussi énorme que la police spécialisée dans l'arrestation des transférés et parlent de les abattre à vue ne prennent pas la peine de faire la moindre vérification après un kidnapping par des trafiquants de transferts. Autrement dit les auteurs se sont concentrés sur la vraisemblance des scènes qui les intéressaient et le développement du thème qui les intéressaient en oubliant le bon sens, c'est bien dommage. De la même manière la conclusion de la série pour préparer une saison 2 est du pur parachutage, étant donné que rien ne nous y préparait : tout (univers, idées, personnages, intrigues) est encore trop pauvre pour qu'une suite ne s'impose pas sans recourir aux TTT, les tropes toujours de trop.

Il y aurait encore beaucoup à dire, comme par exemple cet impression tenace que le monde entier de Transferts se limite à une ville maximum - il est sous-entendu que cela se passe en Belgique (et cela a été tourné en Belgique), mais je doute par exemple que le nombre de croyants connectés simultanément à toutes heures du jour ne dépasse pas la vingtaine, ou que la Bati ne fasse qu'un seul contrôle de rue, toujours avec la même équipe de moins de douze personnes... il est vrai que tout cela rappelle l'organisation de l'équipe de Ghost In The Shell (SACD etc.), avec d'ailleurs le même thème de la chasse aux pirates de corps (cybernétiques).

En conclusion, Transferts éveille l'attention à cause de bonnes idées et de situations parfois bien vue, mais ça reste assez lourd et maladroit - mais moins que d'habitude et c'est à applaudir.

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 7638
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56


Retourner vers Télévision

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron