The Wandering Earth, le film de 2019

Infos et retours sur les films sortis ou à venir au cinéma.

Comment avez-vous trouvé ce film ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul.
0
Aucun vote
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
1
100%
Bon.
0
Aucun vote
Excellent.
0
Aucun vote
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 1

The Wandering Earth, le film de 2019

Messagepar Greenheart » Sam 27 Avr 2019 17:05

Image

Liu Lang Di Qiu (2019)

Traduction du titre original : La Terre errante.

Sorti en Chine et aux USA le 5 février 2019 (notamment en IMAX).
Sorti en France et à l'international le 30 avril 2019 sur NETFLIX FR.

De Frant Gwo (également scénariste), sur un scénario de Gong Geer, Junce Ye, Yan Dongxu, Yang Zhixue ; d'après le court roman de Cixin Liu ; avec Jing Wu, Chuxiao Qu, Guangjie Li, Man-Tat Ng, Jin Mai Jaho, Mike Kai Su, Hongchen Li, Jingjing Qu, Yichi Zhang, Haoyu Yang, Zhigang Jiang, Huan Zhang, Jiayin Lei, Arkadiy Sharogradskiy, Hao Ning.

Pour adultes et adolescents.

(Presse) Le soleil se meurt. La terre sera bientôt engloutie par le soleil qui se gonfle. Pour sauver la civilisation humaine, les scientifiques élaborent un plan d'évasion qui mettra toute la race humaine à l'abri du danger. Avec l'aide de milliers de moteurs à fusion, la planète Terre quittera le système solaire et entreprendra un voyage de 2 500 ans pour rejoindre l'orbite d'une étoile à 4,5 années-lumière de là.

ImageImageImageImage

***



La bande annonce officielle HD : https://youtu.be/_lsOwtKNsAA

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 7731
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Re: The Wandering Earth, le film de 2019

Messagepar Greenheart » Mar 30 Avr 2019 14:27

Vu sur Netflix.

Si les prémisses rappellent les Villes Nomades de James Blish, le film catastrophe (et probablement le roman dont il est tiré) se heurte à un mépris royal pour les sciences, et conforte toutes les erreurs flagrantes que les vulgarisateurs répètent.

Le plan de sauvetage de la Terre consiste en effet à :

a) Bâtir des citées souterraines - jusqu'ici tout va bien, d'autant que la terre est son propre radiateur.

b) Arrêter la rotation de la Terre (qui comme chacun sait échappe à toute influence du reste de l'univers, notamment la rotation de la galaxie ou du soleil) - ce qui implique la fin de la gravité terrienne et l'explosion immédiate du globe terrestre, mais cela semble avoir échappé aux auteurs et à la production.

c) Mettre à feu des propulseurs capables de faire échapper à la gravité du Soleil le globe terrestre. Ces propulseurs comme par magie ne déclenche aucune fracture ni aucun déplacement tectonique et je me demande bien comment ils sont ancrés et comment la poussée des moteurs de la face motorisée n'entraîne pas le retour de la rotation de la Terre pour cause d'attraction gravitique du reste de la planète, noyau et face non motorisée compris.

d) Utiliser la gravité de Jupiter pour accélérer la course,
Spoiler : :
mais comme la gravité de Jupiter capture fort logiquement la planète dès lors que celle-ci ne se contente pas de passer très, très loin (erreur de calcul), faire exploser la haute atmosphère de Jupiter, qui curieusement n'est pas capable de retenir les flammes de son atmosphère simplement par l'effet de sa propre gravité. Détruire son patrimoine génétique et sa biodiversité dans l'opération, parce que, euh, seule la vie compte et euh, ce n'était pas possible de faire autrement, je ne vois vraiment pas pourquoi. Le héros incendie l'ordinateur de bord, mais continue de respirer l'oxygène de la cabine qui aurait dû alors disparaître.

e) Atteindre deux pour cent de la vitesse de lumière, parce que le voyage ne durera que 500 ans vers la prochaine étoile, sachant que la vitesse de la lumière est celle du photon, dont la masse est énormément plus faible que celle de la Terre, et que lorsque l'on accélère de cette manière un électron, il "remonte le temps", c'est-à-dire arrive avant l'heure, c'est-à-dire voyage plus vite qu'il n'est censé voyager selon les prévision. Donc plus la masse de l'objet accéléré est élevée, plus tôt il arrive proportionnellement au photon.


Nos agences spatiales présentes ont déjà commencé à l'admettre, et ont déjà annoncé un voyage à destination de Mars beaucoup plus court que les six mois ordinairement annoncés, et ce à l'aide de la fameuse magnéto-dynamique (un plasma enveloppant la coque du vaisseau dirigé par des électro-aimants faisant glisser la fusée ou le sous-marin ou la torpille ou l'avion furtif jusqu'à sa destination, tout en le rendant invisible aux radars et aux sonars, et intangible pour les objets aux alentours qui n'auront pas atteint sa vitesse).

*

Pour tout ce qui n'est pas scientifique, le film enchaîne les jeux de c.ns histoire qu'il se passe quelque chose de spectaculaire, les hauts cris et les pleurs pour dramatiser (personne ne tient apparemment ses nerfs dans le futur, y compris les pompiers), et la tare narrative du 21ème siècle, les flashs-backs, qui viennent briser tout envolée épique. Le film commence par un vol de super-camion essentiel à la survie de la Terre présenté comme un gag et un délire de jeunesse et le jeune chauffard manque d'écraser d'autres véhicules et d'envoyer dans un précipice d'autres super-camions parce qu'il ne sait pas conduire. Le fait qu'il ne tue personne alors relève de la seule décision des scénaristes, comme toutes les autres péripéties du film - les héros, comme les spectateurs, sont traînés le long des rails d'une espèce d'attraction de foire à la Disneyland, et à la fin, ils n'ont même pas la possibilité de découvrir le bout du voyage (500 plus tards), possiblement pour ménager la production une séquelle aussi inepte que ce premier film.

En conclusion, ue déception, un gâchis à grand spectacle, avec des acteurs superbes mais réduits à des pantins inutiles. Malheureusement, ce résultat est régulièrement atteint par les productions chinoises, alors que d'autres s'en tirent (beaucoup) mieux.

Comparer à 2012 pour le côté film catastrophe, à Pandorum pour le thème du vaisseau génération, à 2001 l'odyssée de l'espace et Alien pour la scène avec l'ordinateur de bord, à la Cité de l'Ombre pour les villes souterraines.
Et bien sûr, (re)lisez le cycle des villes nomades pour mesurer à quel point le cinéma aujourd'hui est encore loin, très loin derrière le roman de Science-fiction en terme d'horizon, d'imagination et de niveau d'écriture.

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 7731
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56


Retourner vers Cinema

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron