Free Guy, le film de 2021 (repoussé de 2020)

Infos et retours sur les films sortis ou à venir au cinéma.

Comment avez-vous trouvé ce film ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
0
Aucun vote
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
0
Aucun vote
Bon.
1
100%
Excellent.
0
Aucun vote
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 1

Free Guy, le film de 2021 (repoussé de 2020)

Messagepar Greenheart » Jeu 10 Juin 2021 16:41

Image

Free Guy (2021)

Sorti en France le 11 août 2021 (décalé de 2020).
Sorti en Angleterre et aux USA le 13 août 2021.
Annoncé en blu-ray 4K US ultimate collector edition le 12 octobre 2021.
Annoncé en blu-ray 4K français le 10 décembre 2021.

De Shawn Levy (également producteur), sur un scénario de Matt Lieberman et Zak Penn, avec Ryan Reynolds (également producteur), Jodie Comer, Lil Rel Howery, Utkarsh Ambudkar, Joe Keery, Taika Waititi

Pour adultes.

(comédie) Tous les matins, Guy, caissier de banque, se lève et dit bonjour à son patron, petit-déjeune devant les actualités, et se rend à la banque avec son meilleur ami Monpote, indifférent aux explosions, hold-ups et actes aléatoires de violence tandis que les armements les plus grotesques tiraillent dans tous les sens, toujours entre les mains de gens bizarres portant tous des lunettes de soleil, que Guy et ses amis appellent des "héros". Mais comme ils ont pris l'habitude de débattre du fait que Guy n'arrivera jamais à trouver la fille de ses rêves, voilà que Guy la croise au détour d'une rue et comme elle chantonne, Guy a le coup de foudre et ose changer sa ligne de dialogue pré-programmée.

***



La troisième bande annonce officielle HD : https://youtu.be/cttnRmcr_ME

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8733
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Re: Free Guy, le film de 2021 (repoussé de 2020)

Messagepar Greenheart » Mar 3 Aoû 2021 17:41

Diverses vidéos pour vous rappeler que le film est censé sortir prochainement :



un gag aux dépends de l'acteur de Thor qui a battu un record de prise de muscles pour incarner Hulk Hogan au cinéma dans une biographie : https://youtu.be/LBRfe5qhrb4

***



Le type à la chemise bleu : https://youtu.be/GWBJAk0GNic

***




***
Sweet fantasy (douce fantaisie) : https://youtu.be/0RwXqjTDOHs
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8733
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Re: Free Guy, le film de 2021 (repoussé de 2020)

Messagepar Greenheart » Mar 24 Aoû 2021 18:28

Si le film s'est horriblement vautré en France pour cause de Pass sanitaire, aux USA il a réussi à se maintenir en seconde position du box office sans perdre davantage de spectateur, ce qui fait du film une réussite. L'explication au maintien viendrait tout simplement qu'il ne s'agit pas d'un film de propagande woke et qu'il tient ses promesses.

Toujours est-il que le film sera disponible en VOD à partir du 28 septembre 2021 et en blu-ray à partir du 12 octobre 2021.

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8733
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Re: Free Guy, le film de 2021 (repoussé de 2020)

Messagepar Greenheart » Ven 24 Sep 2021 12:22

Entre bon et correct, la comédie décalque son intrigue principale et sa métaphore principale de Tron (1982). Au-delà des gags relativement bon enfant, il y a des jeux de mots strictement réservés pour les adultes,
Spoiler : :
à commencer par le nom de la société qui commercialise Free City, et apparaît en général avec une lettre brouillée aka soonami, allusion à Konami, les effets brouillant le n et le a, ce qui peut facilement donner l'illusion d'un d à la place du o et du n et d'un a se lisant o.

La physique de jeu vidéo n'est pas apparemment pas cantonnée à l'univers multi-joueurs. Lorsqu'à la fin, dans la vie réelle, le méchant entend démolir des serveurs informatiques sous tension à la hache, il me semble que dans la vrai vie il aurait dû être électrocuté ou déclencher un incendie, et dans tous les cas arrêté par la sécurité avant toutes choses. Mais le message involontaire est cependant clair : si vous voulez anéantir une société esclavagiste moderne, démolissez physiquement ses serveurs informatiques.


Bien sûr, déclarer "vivant" une intelligence artificielle - et par vivant vous devez comprendre "ayant autant sinon plus de droits" qu'une personne réelle, sensible et capable de se reproduire sans l'aide d'un studio informatique ou un laboratoire de génétique et autres sectes élevant des femmes enceintes en batterie --, revient à populariser l'idée parfaitement fausse qu'une bête IA aurait une quelconque moralité, une once d'empathie ou la capacité de tomber amoureux (ce qui implique d'avoir un corps biologique car tomber amoureux implique outre le conditionnement de l'éducation un système immunitaire compatible que Guy n'a jamais eu et n'aura jamais). C'est le même procédé que de prétendre que les robots auront un jour des lois éthiques à suivre quand dans la réalité ils servent d'abord à tuer et remplacer les gens, et voler leurs données personnelles tous en les trompant sur le résultat de leurs recherches d'informations honnêtes, puis de censurer leurs messages au reste du monde chaque fois qu'ils n'arrangent pas les pires ordures de la planète et leurs trolls.

Spoiler : :
... car dans la "vraie" vie les IA se conduisent toutes comme des psychopathes absolus foulant aux pieds tous les droits des citoyens et les exécutant à vue quand ces programmes ont des drones tueurs à disposition - ce n'est plus de la Science-fiction, c'est Israël qui les a mis au point en détournant le crédit impôt recherche français et en s'appropriant les brevets, et qui les a testé sur des gens notamment en Libye il y a quelques mois).


Free Guy se présente bien sûr comme une comédie naïve entendant rassembler le public sans vexer personne, les répliques trop suggestives ou trop woke pouvant facilement être coupée selon le pays de diffusion, avec un message positif de recherche d'une totale liberté - on suppose la totale liberté en vue d'un bonheur respectant celui des autres, et non la liberté de tuer et mutiler et asservir dont certains "abusent" plus que jamais sur cette planète. On reste cependant songeur quand à l'impact de cette apologie d'être simplement heureux alors qu'il faut un pass sanitaire pour entrer dans le cinéma, et que sur toute la planète, les élites asservissent et suppriment les libertés élémentaires avec des justifications clairement fausse et tous ceux qui le savent très bien pissent dans leur froc à l'idée de prévenir et protéger leurs prochains choisissant d'être complices et exécutés en retour quand le château de cartes s'écroulera.

Le film se double d'une critique beaucoup plus ambigu de la civilisation actuelle qui encourage à massacrer et user de violence gratuite plus ou moins virtuelle tandis qu'on rate sa vie et laisse le monde entier périr à l'abri (très relativement, il s'entend) dans sa chambre devant son écran vidéo. Les NPC (personnages non joueurs) sont également une métaphore des citoyens qui servilement choisissent de rester à la place à laquelle les maîtres de leur économie les ont assignés, et à sourire, quand bien même leurs proches se font sadiquement massacrer. "Restons Zen", c'est la devise que le petit Adolphe aurait dû afficher à l'entrée de ses camps, plutôt qu" "à chacun son travail", un slogan également complètement approprié à Free City.

Et pour en arriver à quoi au juste ? Le même genre de fin que
Spoiler : :
dans l'épisode de Black Mirror San junipero, dont le créateur se vantait d'être un sommet de la tolérance envers le lesbianisme, alors que les deux héroïnes ne trouvent le bonheur que vieilles et surtout mortes sans jamais avoir eu la moindre relation physique, dans un ordinateur qui rejoue sans fin une simulation d'une vie plus vaine que ça tu meurs. Il suffit pourtant de rétrograder la technologie pour se rendre compte que la prétendue fin heureuse n'existe pas : ce n'est pas parce qu'on peint deux lesbiennes heureuses se tenant la main sur une plage que ces deux femmes là sont heureuses dans la réalité quand elles sont mortes et recyclées. Dans ce cas, les non-joueurs de Free City continueront de servir sans jamais changer le monde ni devenir réels.


Les films confondant la réalité et la simulation se multiplient ces dernières années. C'est aussi une tromperie fréquente dans les récits cyberpunks (le virtuel n'égalera simplement jamais le réel, par définition) mais il me semblait que les auteurs étaient plus prompts (comme autrefois en Science-fiction) à dénoncer la fraude qui consiste à vendre comme un monde authentique un simulacre : une image de pomme ne nourrit pas son homme, ou sa femme, ou n'importe quel autre organisme jusqu'à la paramécie qui souffrira puis crèvera elle-aussi si vous la nourrissez seulement d'oxygène virtuel. A la décharge de la production, Free Guy n'aurait pas été écrit aussi servilement, il ne serait jamais sorti, visionnez plutôt Idiocracy, le formidable film de Mike Judge dont le studio a interdit au réalisateur de montrer la bande-annonce et qui n'a été projeté que dans quelques salles sans aucune publicité, juste pour faire semblant de respecter le contrat.

J'oserais cependant croire qu'il y a derrière les jolies images et l'indifférence générale apparente vis à vis de l'ultraviolence que les héros dénoncent un bouillonnement, voire une rage vis à vis de l'injustice
Spoiler : :
, de la marche accélérée vis à vis de l'anéantissement de la planète et de l'anéantissement des libertés pour faciliter ce dernier et réserver le luxe d'une vie heureuse même la plus simple au 1% des gens les plus riches responsables directement du massacre... et un début de solution, à savoir la grève générale immédiate des non joueurs, qui suppose que tout le monde réalise ici et maintenant le sort que l'élite leur a définitivement réservé.

John Boorman avait cependant vu venir cette "évolution" du monde et mis en scène l'avenir de cette caste supérieure mortifère dans Zardoz, un film que l'on réduit facilement aujourd'hui à Sean Connery en slip : après avoir tout détruit inutilement, ils périront aussi, misérablement, mais ce sera trop tard pour tous les autres.


***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8733
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56


Retourner vers Cinema

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron