The Mitchells vs. The Machines, le film animé de 2020

Infos et retours sur les films sortis ou à venir au cinéma.

Comment avez-vous trouvé ce dessin animé ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
0
Aucun vote
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
1
100%
Bon.
0
Aucun vote
Excellent.
0
Aucun vote
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 1

The Mitchells vs. The Machines, le film animé de 2020

Messagepar Greenheart » Dim 4 Avr 2021 15:52

Image

The Mitchells vs. The Machines (2020)
Les Mitchells contre les Machines.
Autre titre : Connected 2020 (Connectés).

Diffusé à partir à l'international à partir du 30 avril 2021 sur NETFLIX INT. (repoussé de 2020)

De Mike Rianda, produit par Phil Lord et Christopher Miller, avec Abbi Jacobson, Danny McBride, Maya Rudolph, Eric Andre, Fred Armisen, Beck Bennett

Pour adultes et adolescents

(presse) Lorsque Katie Mitchell , une outsider créative, est acceptée dans l'école de cinéma de ses rêves, ses plans pour rencontrer "sa famille" à l'université sont complètement bouleversés lorsque son père Rick, amoureux de la nature, planifie un ultime road trip familial. Au lieu de prendre l'avion comme l'avait prévu Katie, Rick, sa mère Linda , son petit frère Aaron et Monchi, le chien de la famille, conduiront ensemble Katie à son école. Cependant, le projet de Rick de les réunir une dernière fois en famille est soudainement interrompu par un soulèvement des Machines...

***



La bande annonce officielle HD : https://youtu.be/_ak5dFt8Ar0

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8446
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Re: The Mitchells vs. The Machines, le film animé de 2020

Messagepar Greenheart » Ven 30 Avr 2021 16:45

Démarre avec une série de clichés empruntés à d'autres films (Super 8, les cartonnages de Gondry, etc. censés nous faire croire que l'héroïne est sympathique, brillante et incomprise), le film prend un peu d'élan avec l'apocalypse robotique et l'observation correcte que les réseaux sociaux et autres gaffams sont seulement des outils d'asservissement, d'exploitation criminelle de la population et de génocides ("comment aurais-je pu deviner que voler les données personnelles de l'humanité pour en nourrir une intelligence artificielle conduirait à une catastrophe"), la production perd malheureusement complètement pieds en abandonnant tout réalisme pour se la jouer super-woke
Spoiler : :
avec par exemple la mère de famille qui démantèle à main nu les robots tueurs... tandis que d'entrée de jeux la fille serait capable à la volée de reprogrammer un bras robot pour faire n'importe quoi n'importe quand, sans avoir jamais bossé chez le concepteur du dit robot, et sans expliquer comment elle a pu obtenir les droits d'accès ou pourquoi le bras du robot aurait une quelconque interface manuelle. Et bien sûr, les mâles de la famille sont seulement des boulets, et leur seule raison de vivre doit être de soutenir moralement leurs déesses wokes.

On sent aussi que les délires dès les premières scènes d'action servent à cacher au spectateur que dans la réalité, les humains seraient massivement éliminés sans aucun état d'âme par les algorithmes placés au pouvoir par plus riches, par exemple en imposant un passeport vaccinal et en obligeant les uns et les autres à se faire injecter un "vaccin" contre un nouveau "variant" sorti du chapeau, qui se révélerait les tuer, pas trop vite et pas trop spectaculairement histoire de faire croire que leur mort serait dû à une autre cause.


On dirait que les auteurs du film se sont inspirés de la comédie allemande 100 Dinge où deux fondateurs d'une start-up informatiques mettent au point une intelligence artificielle pour téléphone portable dotée d'une personnalité si charmante et humaine qu'elle pousse le premier à acheter toujours plus de choses -- et ces deux "génies" ne pensent qu'à vendre leur invention en gros à un genre de fondateur de Facebook
Spoiler : :
qui leur avoue à un moment en souriant sadiquement qu'ils ont mis au point une arme parfaite.


En conclusion, l'animé se regarde plus ou moins agréablement et avec quelques sourires, et surtout beaucoup d'incrédulité, mais de nombreuses scènes "familiales" et toute la fin ennuient et sortent de l'esprit à l'instant où on se force à les regarder, et du coup j'ai plusieurs fois décroché, et je ne suis resté à la fin que pour constater que nous étions revenu à la case départ, comme si une apocalypse robotique et la déportation de la presque totalité de l'humanité ne changerait rien dans le comportement des gens. Je pense que les nombreux décrochages de mon attention viennent du fait que les Mitchells ne sont absolument pas une vraie famille (humaine), mais un simple prétexte pour bâtir les gags du film autour.

Spoiler : :
Le message anti-gaffam (produit par Sony incidemment) est juste et bienvenue, mais nous savons très bien que les spectateurs ont peu de chance de prendre les armes et d'enfoncer le fameux kill-code non seulement dans la gorge des intelligences artificielles d'aujourd'hui, mais également dans celles trop très riches et de leurs très zélés serviteurs psychopathes tout à fait naturels, ces humains et leurs familles qui ne font que retenter siècles après siècles depuis l'Antiquité les pires horreurs et abus avec la technologie la plus dévastatrice de leur époque. Il est donc peu probable que Disconnected aka The Mitchells n'entraine un soulèvement humain contre les machines solides comme molles, et tout à fait crédible que ce film d'animation rejoigne la masse des divertissements vains dont on nous assomme plus que jamais en ce moment.


***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8446
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56


Retourner vers Cinema

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron