Fondation aka Foundation, la série télévisée de 2021

Infos et retours sur les séries et téléfilms diffusés ou à venir à la télévision.

Comment avez-vous trouvé cette série ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
1
100%
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
0
Aucun vote
Bon.
0
Aucun vote
Excellent.
0
Aucun vote
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 1

Fondation aka Foundation, la série télévisée de 2021

Messagepar Greenheart » Mar 29 Juin 2021 06:55

ImageImage

Fondation (2021)

Attention, cette série emprunte le titre du roman d'Isaac Asimov et le nom de certains de personnages et entités (planètes, royaumes etc.) racontant une histoire qui n'est pas celle des romans, à l'opposée des valeurs du roman par une production au service de valeurs contre lesquelles Asimov s'est engagé dans sa jeunesse. Il greffe des éléments qu'Isaac Asimov a ouvertement rejeté tout au long de son oeuvre et de sa vie et empruntés à d'autres récits, certains déjà propagandaires et en particulier des récits de propagande d'actualité plus ou moins récentes. Les éléments plaqués forment un tissu inepte et grossier tant au niveau des dialogues que des intrigues et servent la propagande de haine que l'on retrouve dans beaucoup de séries et films du moment. Ne regardez pas cette série sans avoir lu le texte original d'Isaac Asimov, ne vous exposez pas à ce récit propagande si vous êtes fatigué ou si vous ignorez les faits d'actualité comme l'invasion illégale de l'Irak sur une accusation de possession d'armes imaginaires en brandissant le rapport qui concluait exactement le contraire de ce qu'affirmaient les USA, l'Angleterre et autres de ses alliés.

Annoncé à l'international pour le 24 septembre 2021 sur APPLE TV INT.

De David S. Goyer et Josh Friedman, d'après les romans d'Isaac Asimov, avec Lee Pace, Jared Harris, Lou Llobell, Leah Harvey, Laura Birn, Cassian Bilton, Terrence Mann, Alfred Enoch.

Pour adultes

Quand j’étais enfant, j’ai dit à ma mère que je voulais apprendre (le nom de ?) chaque planète de l’Empire Galactique, en commençant par le centre et en m’éloignant jusqu’à Star’s End (le bout de l’étoile, serait-ce une erreur de typo, Stars End, étoile au pluriel et là ça aurait un sens, en gros le bout de la galaxie la dernière étoile avant qu'il n'y en ait plus jusqu'à la prochaine galaxie ?). Chaque nuit elle m’a raconté des histoires. J’ai voyagé des années lumières, mon esprit s’étirant pour retenir toujours davantage de mondes. Mais je n’ai jamais atteint Terminus, chevauchant les plus lointaines marches de la civilisation dérangées par l’Humanité, c’était le bout. Et son histoire resta obscure pour moi jusqu’à de nombreuses années plus tard. Jusqu’à ce qu’elle devienne mon histoire. Jusqu’à ce qu’elle devienne la seule histoire.

Sur une planète gelée, un chasseur file du jour jusqu’à la nuit, pour arriver à une colonie aux maisons consistant en des containers posés sur le sol qui laisse ses enfants sortir la tête nue par une nuit apparemment bien froide, juste pour rigoler. Un petit brun et une grande blonde rejoignent toute une bande qui, euh, à l’aube cinq minutes plus tard ont l’intention de se réunir à l’orée de la colonie sans qu’aucun adulte ne s’en inquiète, malgré la présence d’une vie indigène et ailée probablement carnivore et se déplaçant en meute. Dans le ciel brillent selon l’erreur classique deux énormes satellites dont la taille devraient immédiatement causer de gros dégâts sur la planète selon les lois pourtant universelles de la gravité, mais clairement ignorées par la production.

Les quatre gamins se figent en entendant un hurlegrondement relativement proche, une serre d’évêque, déclare l’un d’entre eux. Cela ne semble pas plus les troubler que cela et ils reprennent leur escalade. Arrivés à la crête, ils se retrouvent face, non pas au monstre carnivore, mais à une espèce de monument flottant dans les airs (quelqu’un avait des ressources à gaspiller), la crypte (quelqu’un n’a pas consulté son dictionnaire avant de trouver un nom à un truc aérien). La crypte, selon la narratrice qui a oublié de se présenter, projetait un champ (de force, je suppose) conçu pour garder les gens à distance (apparemment c’est raté) que personne ne pouvait rompre (et c'est encore raté, voir ci-après).

Les gamins étant arrivé à une micro-plantation de drapeaux, l’un des sales gamin(e)s demande qui va y aller en premier, l’autre rétorque que c’était censé être celui qui pose la question. L’intéressé répond d’un haussement d’épaule : à celui qui lui a répondu et il n’aura qu’à mettre sa marque après le rocher et il ou elle lui laissera toucher l’un de ses tétons pendant dix secondes ou bien il pourra regarder les deux pendant trente seconde. Le garçon répond à la (le ?) dénommé(e) Gia de le jurer sur la lune (laquelle ?), ce que Gia fait sans hésiter.

Le garçon se lance et pris de nausée fait marche arrière sans avoir atteint la ligne et nous aurons échappé à la scène p…p.rn.graphique suggérée par les auteurs-créateurs de cette série et qui ne figure absolument pas dans les romans du très prude et très bon père de famille Isaac Asimov. Le petit brun qui veut voir le fantôme marche et s’écroule au milieu des drapeaux, inanimé. Les autres l’appellent (Poly) mais il ne répond pas, les gamins décident donc d’aller chercher du secours. Et devinez quoi, le soi-disant champ de force infranchissable est aisément franchis par une femme noire en combinaison noire, qui une fois Poly réveillé reçoit de la nourriture : c’est elle le fantôme, et le fantôme (vous suivez ?) n’existe pas. Et elle s’appelle Salvor (Hardin). Et Salvor insiste : personne ne pénètre le champ nul (elle vient de le faire), pas même les insectes.

***



La bande annonce du 28 juin 2021 officiel HD : https://youtu.be/wvOAA1U0li8

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8742
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Re: Fondation, la série télévisée de 2021

Messagepar Greenheart » Mar 29 Juin 2021 07:12

D'abord tout ce qu'a touché David S. Goyer s'est jusqu'à présent révélé comme de la m.rde fasciste, aux seuls exceptions des productions dont il était le plus écarté, ce qui n'est pas le cas ici : créateur et producteur exécutif, il a forcément le plus grand des contrôles. Par ailleurs Apple TV s'est pour l'instant distingué par le pire de la série vaine, constipée et constipante à message propagandaire, et apparemment, ce n'est pas parti pour s'arranger.

Incidemment, l'affiche et la bande annonce doivent vous interpeller quelque part au niveau du vécu artistique, si vous avez un minimum d'expérience en matière de visuels de Science-fiction, en particulier de la période de l'âge d'or des années 1980.

Ensuite il faut savoir que Fondation est en tant que roman une réussite mais également une oeuvre de propagande politique : Asimov prône en effet le contrôle de l'histoire ou si vous préférez l'absence totale de liberté des peuples et des êtres humains à disposer de leur sort, qui doit reposer entièrement entre les mains d'une élite - un peuple élu - qui bien sûr dans la réalité est co-optée par les plus riches et qui sont les seuls remparts contre la barbarie et seuls gardiens de la civilisation... dans tout l'univers. Cela suppose que les êtres humains (ou plus généralement sensibles) ne sont que des objets, des pions ou si vous préférez du bétail, et qu'en dehors de l'asservissement aux plus riches, il n'y a pas d'issue -- et cela c'est du pur fascisme, rien d'autre.

Spoiler : :
Bien sûr, les récits d'Asimov ne sont pas à jeter, mais prenez par exemple Les Robots et vous réaliserez que le message est strictement le même : selon Asimov, le sort de l'humanité serait tellement préférable si les gens étaient dominés par des robots (déguisés en être humain ou pas), parce que vous comprenez, ils suivent des lois éthiques, eux ... ce qui n'est jamais arrivé, n'arrive jamais et n'arrivera jamais dans la réalité, cf. les machines qui remplacent les ouvriers syndiqués et toutes ces bouches inutiles à nourrir du point de vue des actionnaires, les robots sur le net qui volent les données personnels, piratent et épandent les fausses informations, les drones tueurs devenus réalités cette année en Libye, fabriqués par Israël avec le crédit impôt recherche français détourné à tout va etc.

Asimov répétait que l'idée d'un robot fou chère aux couvertures magazines des années 1930 n'était pas vraisemblable parce que les inventeurs de robots prévoiraient des gardes-fous, exactement comme le fabricant d'un couteau prévoyait un manche pour que l'utilisateur ne se coupe pas en découpant quelque chose. Mais si l'humanité a prévu un manche pour ses couteaux, c'est pour mieux les planter à tout va dans le dos de ses congénères, et pour plus facilement égorger les animaux. Et ce n'est pas pour respecter l'éthique, la planète ou l'hygiène et la sécurité que les fabricants d'armes inventent des accessoires pour décharger plus vite des armes à feu sur les foules, pas plus que Microsoft ne vise à protéger ses utilisateurs quand il ouvre et vend systématiquement des portes dérobées dans ses systèmes d'exploitation, et ce à chaque mise à jour.


La science-fiction comme tous les autres genres fictionnels ou non-fictionnels contient de nombreuses œuvres de ce genre, un autre exemple serait les romans scientologistes de Van Vogt et Hubbard et quand bien même ce serait des récits d'aventures distrayants, ils sont au service du pire de l'humanité et vise à fournir des esclaves corvéables à merci à une bande de pervers. Malheureusement, Asimov ne fait pas mieux quand il prône la réécriture préventive de l'histoire du futur, qui en pratique passe forcément par la réécriture permanente de l'histoire et de l'actualité, l'espionnage systématique des individus et leur oppression par tout moyen, comme le dénonçait Patrick McGoohan dans sa série Le Prisonnier.

Spoiler : :
Ce qui m'a mis la puce à l'oreille sur le fait qu'Asimov a un moment basculé à un moment dans le camp des méchants, c'est justement sa critique de la série du Prisonnier où Asimovet se moque de ce James Bond qui n'arrive jamais à s'échapper de son Village. Asimov fait alors semblant de ne pas avoir compris le message de la série, alors que lui-même a travaillé étroitement pour le gouvernement américain, et ne peut pas ne pas être courant de ce que Patrick MacGoohan dénonce.

C'est donc sciemment qu'Asimov induit en erreur ses lecteurs en rédigeant une telle critique, et la question suivante qui vient alors à l'esprit, c'est pourquoi il ferait cela, pourquoi Asimov a-t-il délibérément cherché à nuire à ses lecteurs en les trompant sur la portée de la série Le Prisonnier et la réalité. Et la réponse est dans Fondation, l'apologie de la "psychohistoire", c'est-à-dire le détournement des techniques visant à réparer les dégâts psychologiques de la manipulation, en techniques de manipulation des individus et des communautés en vue de leur contrôle le plus abjecte, mais pour le bien des gens et de la civilisation, le genre de bien qui rapporte un maximum à certains tout en détruisant les gens et la planète.


***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8742
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Re: Fondation, la série télévisée de 2021

Messagepar Néna » Sam 3 Juil 2021 19:38

J'ai prévu de me lire le cycle entier cet été, je dirais ce que je pense des livres après donc...

Dans la Science Fiction particulièrement réussie, il y a Dan Simmons et ses Cantos (Hyperion et Endymion) qui m'ont tellement marqués que je ne pouvais plus toucher un livre plusieurs semaines après ! :eeek2:
Évidemment, tous les Dune sont très bien aussi (de Franck Herbert, je n'ai pas encore lu les préquels de son fils).

Actuellement, je lis "le Maitre du Haut Chateau" de Philip K.Dick parce que ma fille aînée, 14 ans, voulait le lire... j'ai préféré prendre les devant afin de juger si c'est abordable ou pas pour elle. Les 1ers chapitres me semblent bien compliqués pour son âge, je pense qu'il faut une certaine culture qu'elle n'a pas encore tout à fait. :sm205:
Avatar de l’utilisateur
Néna
 
Messages: 77
Inscription: Dim 28 Déc 2014 14:17

Re: Fondation, la série télévisée de 2021

Messagepar Greenheart » Jeu 19 Aoû 2021 22:34



Nouvelle bande annonce officielle: https://youtu.be/X4QYV5GTz7c

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8742
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Re: Fondation aka Foundation, la série télévisée de 2021

Messagepar Greenheart » Ven 24 Sep 2021 18:15

Je n'en attendais pas moins de David S. Goyer et sa clique : Foundation / Fondation (à moins qu'une traduction plus exact du titre soit Fondement ?) est un pur déchet woke nappant des pépites de perversité. Anti-Asimovien au dernier degré, copiant-collant du Dune ou je ne sais quel autre sous-m.rde recyclée de jeu vidéo et autre ersatz, la série foule de ses sabots fourchus tout ce qui a pu faire l'intérêt et les messages humanistes avec une fois de plus une caricature de femme noire (qui débite du baratin non sensique à rendre fou n'importe quel gamin) récupérant le patronyme et les mérites d'un personnage de mâle blanc (de plus) sans personne pour hurler à l'appropriation culturelle et aller brûler jusqu'aux... fondations le siège d'Apple et de la boite de production.

Une fois de plus, je ne peux que conseiller fortement de cesser de regarder la télévision et de lire ou relire les textes (bandes dessinées etc.) originaux qu'une bande de pervers détournent à des fins de provocation à la haine et d'abêtissement général. Plus lire pour de vrai (si possible en version originale) fait travailler l'imagination et libère le cerveau, qui a bien besoin de liberté et de qualité en cet âge de pure médiocrité propagandaire.

Spoiler : :
David S. Goyer est déjà celui qui a fait de Batman un héros ultrafasciste, essayé de faire passer Occupy Wallstreet pour des hordes criminels qui par leur seule existence justifient leur extermination alors qu'à la même époque, la police gazait les occupy et lâchaient violeurs et tueurs sur les pacifistes, et le cynisme absolu de Goyer motiva un massacre de spectateurs bien réel par un fan américain de son joker sans que jamais la production ne soit inquiétée (prudemment, elle avait fui la presse cependant et un voile pudique a été ensuite jeté sur les motivations du tueur).

Le même S. Goyer a essayé de faire passer dans une série intitulée "Les Démons de Da Vinci" (ou l'hôpital qui se fout de la charité) le grand blond homo catho qu'était Léonard de Vinci pour un petit brun hétéro amoureux d'une sosie de Nathalie Portman se prétendant le portrait crashé de la Joconde tandis que Goyer chargeait les épisodes en homophobie prônant l'extermination des gays sans qu'un seul LBTG ne lève le petit doigt ou la voix, on se demande pourquoi. Peut-être parce que ces associations sont de pures fraudes qui prétendent aider une cause alors qu'en réalité ils l'enfoncent et se font un max de fric sur leur dos, comme tant d'autres fondations, forces de sauvetage et ONG régulièrement prises en flag des pires crimes au détriment de qui ils prétendent aider.

David S. Goyer est aussi celui qui a fait de Superman autrefois bon comme le paix un meurtrier dévoué à l'auto "justice" et peu importe que le personnage ait déjà été massacré par des auteurs de bandes dessinées à court d'idées mais toujours aussi avides de fric et d'ultraviolence... et les seuls productions télévisées ou cinéma qui ont dépassé le statut de daube psychopathe sont ceux auquel Goyer a été tenu le plus éloigné possible tandis que le reste de l'équipe machinait à éliminer les tares de son écriture, faciles à reconnaître dans tout ce qu'il touche.
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8742
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Re: Fondation aka Foundation, la série télévisée de 2021

Messagepar Greenheart » Sam 9 Oct 2021 02:11

Renouvelé pour une seconde saison (sur huit annoncées).

Source
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8742
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56


Retourner vers Télévision

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités

cron