Superminds S01E01: Congélation (1985)

Les séries commencées entre 1981 et 1990.

Comment avez-vous trouvé cet épisode ?

Pas vu.
0
Aucun vote
Nul !
0
Aucun vote
Bof...
0
Aucun vote
Correct.
1
100%
Bon.
0
Aucun vote
Excellent.
0
Aucun vote
Génial !
0
Aucun vote
 
Nombre total de votes : 1

Superminds S01E01: Congélation (1985)

Messagepar Greenheart » Mer 30 Mar 2016 15:21

ImageImage

Misfits of Science S01E01: Deep Freeze (1985)
Traduction du titre original : Les désaxés de la Science: Congélation.

16 épisodes de 45 min. environ.

Diffusé aux USA le 4 octobre 1985 sur NBC US.
Diffusé en France le 27 octobre 1986 sur TV6 FR.
Diffusé en France le 30 juillet 1987 sur LA CINQ FR.
Sorti en DVD français le 19 octobre 2012, coffret 4DVD chez Elephant films.

De James D. Parriott ; avec Dean Paul Martin, Kevin Peter Hall, Mark Thomas Miller, Courteney Cox, Jennifer Holmes.

Pour tout public.

Un employé de maintenance, Gomez, et un inspecteur en électricité, Stenker, sont descendus par une nuit d’orage dans un vaste sous-sol de l’immeuble Bemins. Le sous-sol est rempli d’un nombre incroyable de vieilleries, dont un vieil avion à hélice, et une espèce de sarcophage recouvert de gel, avec un petit voyant rouge qui clignote. Le sarcophage commence à tressauter, tandis que le gel se liquéfie. Gomez, s’inquiète : en temps normal, il lui faudrait demander une permission pour ouvrir l’accès à cet étage. Gomez rappelle alors la rumeur selon laquelle un employé y aurait disparu en 1937 alors qu’il était seulement venu faire de l’emballage – il n’aimerait pas le retrouver maintenant. Gomez continue en promenant sa lampe torche sur le visage des statues et bustes rangés le long de l’allée : Ils ont un contrat selon lequel ils ne doivent toucher à rien. Stenker répond que c’était vrai à l’époque où l’énergie était bon marché : ils ont désormais un gros problème de conservation sur les bras. Gomez commence à paniquer quand le faisceau de sa lampe torche tombe sur une momie, puis sur un rat affolé, mais Stenker avance résolument.

C’est alors qu’ils arrivent au bout de l’allée, devant le sarcophage – béant et laissant échapper des volutes de brouillard. Gomez regrette alors de ne pas avoir informé le propriétaire. Puis Stenker ramasse par la queue un rat solidement congelé au pied du sarcophage. Le sarcophage est clairement vide, et Gomez demande alors à Stenker ce que c’était censé être – l’autre répond qu’il s’agissait sans doute d’une sorte de réfrigérateur. Comme ils entendent un gémissement dans leur dos, ils se retournent, et se retrouve face à un grand barbu recouvert de gel, qui se met à hurler : « Amélia ».

Une ambulance précédée de deux motards file sur la route qui traverse le désert sirène hurlante. Le convoi arrive devant le campus de la société Humanidyne, dont la devise est « De la Science pour aider la condition humaine », et dont le panneau à l’entrée mentionne en petit caractère qu’ils ont le plus gros contrat avec l’Armée des États-Unis. L’ambulance passe devant le département de l’entretien, avant de s’arrêter devant celui des Enquêtes humaines, dont l’entrée est bloqué par le petit engin à ramasser les poubelles. Les membres du laboratoires sortent alors de leur hangar, et bruyamment, pousse le petit véhicule sur le côté, pour permettre à l’ambulance d’entrer dans leur cour.

Le conducteur tremble de froid, et en ouvrant sa portière, fait tomber du gel à terre. Comme le professeur Billy Hayes lui demande s’il a pu relever les signes vitaux du grand barbu gelé sur la civière, l’ambulancier bredouille qu’ils n’ont pas pu s’approcher du patient tant il était froid, et c’est protégés par des gants qu’ils déchargent le barbu et font rouler la civière à l’intérieur. L’assistante de Billy, Dona, précise que le nom du patient est Arnold Biefneiter, et qu’il n’a aucun parent survivant. Elle précise aussi que personne n’a réussi à faire fonctionner la machine d’où est sorti Biefneiter – il y a deux heures de cela. La température de Biefneiter est montée à 27 degrés et continue de monter d’un degré par minute.

Pendant ce temps, Miss Nance, la secrétaire de Billy en profite pour lire les messages téléphoniques reçus, notamment celui d’une mère de famille du Wisconsin dont le fils, Randy, crache du feu – et qui craint de perdre sa maison. Mais Billy ne semble prêter aucune attention à Miss Nance, demandant à quelqu’un d’appuyer sur le bouton marche du scanneur tout en plaidant sa cause auprès de Dona dans l’espoir de décrocher un rendez-vous galant dans un restaurant. D’après l’associé de Billy, le professeur Elvin 'El' Lincoln, ils sont en train de perdre leur patient. Comme Billy propose un électro-choc, le défibrillateur explose : ils auraient dû le faire réparer plus tôt. Miss Nance signale alors que la mère de Billy a appelé son fils depuis son salon de beauté. Puis Elvin réalise que le patient n’est pas en train de mourir, mais de fondre : Billy demande alors à ce que l’on ouvre le congélateur du laboratoire, aux étagères chargés de débris humains. Puis Billy demande à Miss Nance d’où sa mère appelait, mais celle-ci est déjà partie prendre sa pause-déjeuner.

ImageImageImageImageImageImage

***
...d'un G qui veut dire Greenheart !
Greenheart
Administrateur du site
 
Messages: 8537
Inscription: Sam 15 Nov 2014 19:56

Retourner vers Les séries des années 1980

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron